Pablo Neruda, Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée, 1924

Matin

J’ai faim de tes cheveux, de ta voix, de ta bouche,

sans manger je vais par les rues, et je me tais,

sans le soutien du pain, et dès l’aube hors de moi

je cherche dans le jour la bruit d’eau de tes pas.

Je suis affamé de ton rire de cascade,

et de tes mains couleur de grenier furieux,

oui, j’ai faim de la pâle pierre de tes ongles,

je veux manger ta peau comme une amande intacte,

et le rayon détruit au feu de ta beauté,

je veux manger le nez maître du fier visage,

Je veux manger l’ombre fugace de tes cils,

J’ai faim, je vais, je viens, flairant le crépuscule

et je te cherche, et je cherche ton coeur brûlant

comme un puma dans le désert de Quitratùe.

Pablo Neruda, Vingt poèmes d’amour et une chanson désespérée, 1924