Alirezâ Rôshan, Poèmes, 2013

le poème c’est l’instant de ta présence
lorsque tu pars
il s’écrit
***
ah si cette plume
pouvait écrire ton adresse
et non mon errance
***
mes bras
évoquent ta place vide
dans mon étreinte
***
ce n’est pas l’allumette
mais le chagrin de ton absence
qui allume ma cigarette
***
je suis parvenu
à tout ce que je ne désirais pas
mais pas à toi
que je désirais
***
là où c’est toujours vide
c’est là
que tu te trouves
***
elle est partie ?
donc elle était là
donc elle est
***
combien faut-il que je sois nuit
pour que toi
tu sois lune ?
***
« où es-tu ? »
Voilà
le premier discours amoureux
***
quand j’ignore où tu es
quelque route que je prenne
je suis dérouté

Alirezâ Rôshan, Poèmes traduits de l’iranien, 2013