Category Archives: V

V comme Victor

Il était dix-huit heures quand Thomas, Clément et moi allâmes au parc du coin, c’était notre endroit favori où  jouer après l’école, il était immense comme un terrain de football, nous pouvions jouer pendant des heures tellement nous nous amusions, nous  pouvions  jouer à cache-cache, à chat et à plein d’autres jeux. Il y avait deux toboggans immenses, de même pour les balançoires qui faisaient monter à une auteur ahurissante .

Or, un soir, en sortant de l’école, nous découvrîmes une affiche disant que le parc allait être détruit pour construire à la place une maison de retraite. Nous étions désolés, nous rentrâmes chez nous la tête basse. Le soir même, Thomas m’appela pour me dire qu’il fallait qu’on se voie à la récré du lendemain pour en parler.                                                                                                                                                           Le  lendemain, Clément n’était pas à l’école. Ce n’est que le soir, quand nous allâmes chez Clément pour voir ce qu’il avait, que nous découvrîmes qu’il avait déménagé. Nous rentrâmes chez nous encore une fois très triste . Deux jours passèrent, quand enfin Thomas décida que nous devions faire quelque chose pour le parc. Nous nous introduisîmes dans le parc pour voir si les travaux avaient commencé. Mais un employé nous attrapa et nous fit sortir, nous décidâmes de nous arrêter là.                                                                                                                                                                                                                                                 Dix ans passèrent, je n’avais toujours pas revu Clément et Thomas était parti faire des études en Angleterre. Je restais en contact avec Thomas qui me racontait ses découvertes et ses journées de classe.

Un dimanche, en me promenant vers mon ancien quartier, je repassai devant le parc et vis qu’il n’avait pas changé. En entrant à l’intérieur, je reconnus Thomas : il était avec une personne et c’était Clément. Ils avaient racheté et reconstruit ce parc cinq ans auparavant.

V comme Vague

Un jour, mon oncle Dimitri, mon petit cousin et moi, nous partîmes  en vacances dans un mobile-home  à côté de la mer.

Or, un soir, mon oncle vit une grande vague au loin, alors il appela les secours.  Cinq minutes plus tard, les secours arrivèrent alors nous prîmes vite tous nos bagages et nous sortîmes  rapidement du mobile-home.

Le lendemain, nous allâmes voir notre mobile-home pour savoir dans quel état il était, s’il  était détruit ou juste trempé.  Ouf ! il était juste trempé.

Dix ans passèrent.  Mon oncle, mon petit cousin et moi nous revînmes encore dans le même camp de vacances où nous étions partis dix ans plus tôt.

Un dimanche, comme nous  allions à la piscine,  nous décidâmes  d’aller voir notre ancien mobile-home. En arrivant devant le mobile-home, nous vîmes qu’il était tout neuf, qu’ils avaient tout refait  et que l’intérieur du mobile-home était tout propre.

V comme Ville

La

ville dort

la nuit, elle

s’éveille   le   jour,

réveillant ceux qui sont endormis.

Puis la journée commence, le travail

et   toutes   les   activités   qu’elle   offre.

Mais    il    faut    l’embellir,    l’entretenir   et…

pas que des maisons : des fleurs, des

arbres, c’est plus joli ! Puis

elle retombe, elle est

sous l’emprise

de la

nuit.