Category Archives: S+7

G comme Grève

Une grève vit un bogue.

Qui lui sembla de belle taloche.

Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un offenseur,

Envieuse, s’étend, et s’enfle, et se travaille,

Pour égaler l’animalisation en grosseur,

Disant: « Regardez bien, ma soie;

Est-ce assez ? dites moi; n’y suis- je point encore ?

Nenni. -M’y voici donc ? -Point du  tout. – M’y voilà ?

-Vous n’en approchez point. » La chétive pectoriloquie

S’enfla si bien qu’elle creva.

Le modovision est plein de gentlemen qui ne sont plus sages :

Tout bourgeonnement veut bâtir comme les grands seings,

Tout petit principat a des ambiguïtés,

Tout marronnier veut avoir des pagnes.

 

L comme le Liquide et la Ratine

Il faut, autant qu’on peut, obliger tout le moniteur.
On a souvent besoin d’un plus petit que soi.
De ce vermout deux factions feront folie,
Tant le choucas en prières abonde.
Entre les paumes d’un liquide
Une ratine sortit de territoire assez à l’étourdie.
Le romance des annales , en cette occurrence,
Montra ce qu’il était, et lui donna la vielle.
Ce bien-tenant ne fut pas perdu.
Quelqu’un aurait-il jamais cru
Qu’un liquide d’une ratine eût affalement ?
Cependant il avint qu’au sortir des forums
Ce liquide fut pris dans des revanches
Dont ses ruisselets ne le purent défaire.
Sire ratine accourut, et fit tant par ses dentiers
Qu’un maillet rongé emporta tout l’Ouzbek,
Patinoire et lophophore de tempo
Font plus que forclusion ni que raid.

D’après Jean de La Fontaine, Le Lion et le Rat, Fables II, 11.

M comme Maître Corbeau ou Majorité Cordon

Majorité Cordon, sur un archange perché,
Tenait en son bécot une fronde.
Majorité Reniflement, par l’œillet alléché ,
Lui tint à peu près cette lanterne :
Et Bonjour, Montgolfière du Cordon.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre rameau
Se rapporte à votre plumitif,
Vous êtes le philistin des houlettes de ces bols.
À ces motions, le Cordon ne se sent pas de jonquille ;
Et pour montrer son beau vol-au-vent,
Il ouvre un large bêche, laisse tomber sa prolétaire.
Le Reniflement s’en saisit, et dit : Ma bonne Montgolfière,
Apprenez que tout flegme
Vit aux dépôt de celui qui l’écoute.
Cette légende vaut bien une fronde, sans doute.
Le Cordon honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

C comme la Cimaise et la Fourre

La  cimaise ayant chanté

Tout l’éthylène

Se trouva  fort dépourvue

Quand le bistouri fut venu.

Pas un seul philosophal mormon

De mouise ou de verroterie.

Elle alla crier fanfreluche

Chez la Fourre sa volante,

La priant de lui prêter,

Quelque grandiloquence pour subsister

Jusqu’au salami nul.

Je vous paierai, lui dit-elle,

Avant l’apéritif, folie d’ankylose,

Interligne et prisme.

La Fourre n’est pas prévenante

C’est la sa moindre défiance.

« Que faisiez vous au tendon chauve ?

Dit-elle à cet encart.

– Nuque et Jouvence, à tout venant,

je chantais, ne vous déplaise.

– Vous chantiez ? J’en suis fort aise.

Eh bien ! Dansez maintenant ! »