Category Archives: R

R comme Raconter l’avenir

Si je volais, j’irais  dormir dans les  nuages.

Si javais une voiture, je conduirais  comme un  chauffeur de maitre.

Si je  jouais toute la journée, je ne dormirais pas.

Si j’étais  dieu, je ferais un  autre monde.

Si je pouvais  partir, j’irais sur Mars.

Si j’avais du fer, je le transformerais  en pierre.

Si j’étais un mot, je serais facile à écrire.

Si me perdais, je n’irais pas à l’école.

Si j’étais écrivain, je raconterais l’avenir.

Si je visais haut, j’atterrirais sur la lune.

Si j’étais un nageur, j’irais voir les poissons.

Si j’avais la mort en face de moi, je partirais.

 

 

R comme les Retenues de Maria

Elle était une élève, née dans une famille assez aisée.

Or, un soir dans un dîner de famille, ses parents ont reçu un appel de la directrice. Maria était collée, elle avait 5 heures de retenues. M. Mignot et Mme Mignot, désespérés cette nouveauté – leur fille et ses heures de retenues, se sont mis à pleurer. Ils croyaient  que les heures de retenues étaient de leur faute.

Le lendemain, au matin, Mme Mignot est allée réveiller Maria. Elles ont parlé des heures de retenues et Maria lui a dit que tout était de la faute d’une fille de sa classe. Pourtant sa mère ne l’a pas crue. Alors son voyage aux États-Unis, dont elle rêvait depuis ses 5 ans,  était fini.

Dix ans passèrent, et Maria a enfin réussi a avoir de l’argent pour faire ce voyage, qu’elle n’avait pas pu faire à cause de Estelle.

Un dimanche, après le voyage, elle est allée à la maison de ses parents, pour leur offrir les cadeaux qu’elle avait achetés en Amérique. Ses parents étaient fiers de Maria pour tout ce qu’elle avait conquis.

 

R comme Rose

Dans le monde de l’antiquité, dans une merveilleuse cité, vivait une jeune fille nommée Rose. Elle approchait ses 21 ans et sa famille voulait absolument qu’elle se marie. Rose était d’une incroyable beauté et des centaines de prétendants se présentaient chaque jour à sa porte mais elle les refusait tous, les trouvant laids et insignifiants. Rose était également d’un égoïsme sans pareil, elle voulait l’homme le plus beau, le plus riche, le plus fort et le plus vaillant de toute la ville.

Cela faisait maintenant des mois que ses parents l’agaçaient pour qu’elle épouse un jeune homme. Fatiguée et irritée par ses congénères, Rose décida d’organiser un concours afin de voir quel homme serait à sa hauteur. Par un beau jour de Mai, elle rassembla tous ces prétendants et leur demanda d’aller cueillir pour elle la fleur qui lui conviendrait le mieux, la plus belle donc. Jupiter, le dieu de tous les dieux, ouït cet appel, se transforma en mortel et descendit de l’Olympe participer.

« Vous avez deux jours », dit-elle.

Et la chasse commença.

Des prétendants lui ramenèrent les fleurs les plus rares du monde, jusqu’à en faire disparaître certaines variétés. Jupiter voulait faire quelque chose de spécial pour Rose, quelque chose de magnifique, dé’blouissant ! Une fleur parfaitement adéquate et égale à sa beauté. Il créa une fleur jamais vue, une fleur qui n’existait pas : une rose.

Créer une fleur conforme à la beauté de Rose fut très difficile : chaque détail devait être minutieusement travaillé, chaque pétale d’une douceur sans pareille… Au bout de deux journées, il vint à bout de son travail, une nouvelle fleur d’une incroyable magnificence venait d’être créée, une magnifique rose rouge.

Le jour de la sélection arriva, chaque candidat était inquiet, nerveux, fatigué après deux jours de recherches sans relâche. Rose jugea la fleur d’une vingtaine de prétendants jusqu’à celle de Jupiter, aucune ne lui convint. Elle la prit dans ses mains avec délicatesse, l’observa longtemps puis déclara sur un ton vaniteux :

« Cette fleur est presque parfaite, seulement… elle devrait être beaucoup plus légère. C’est dommage, tu y étais presque ».

A ce moment précis, Jupiter éclata de rage et il s’exclama d’un ton furieux, révélant sa vraie forme :

« Petite insolente ! Tu ne sais pas reconnaître la colère d’un dieu !? Maintenant tu la connaîtras ! Tu souhaites repousser les gens ? Et bien tu les repousseras a jamais !  »

Jupiter métamorphosa Rose en sa fleur prévue et rajouta des  épines sur sa tige.  Depuis ce jour-là, toutes les roses du monde portent des épines.

R comme Rhinocéros

J’aime jouer à la playstation, lire des mangas, avoir de bonnes notes, être avec mes amis, regarder la télévision tard le soir, les musiques de MHD, l’odeur des frites sorties du four, sentir bon, faire du sport, les voyages en voiture, la vie, les pâtes carbonara, la sensation de tomber du lit alors que non, marcher au bord de la plage, taquiner mon frère, avoir le dernier mot, les pulls, avoir chaud, les films à suspense…

je n’aime pas les disputes, les légumes, les compotes pommes biscuit de la cantine, la mauvaise foi, les personnes qui te serrent la main avec un gant, les menteurs, les batailles de boules de neige, la pollution, le réchauffement climatique, la disparition des rhinocéros, le regards de tes parents lorsque tu as un mot, les films trop romantiques, les séries qui ne se terminent jamais, me blesser, pleurer, faire pleurer quelqu’un, l’odeur de l’essence, l’odeur du dissolvant pour le vernis à ongles, commencer une histoire et ne jamais la finir…

R comme Rêve

Dans
un rêve,
nous imaginons le
passé    et    le    futur.
Les plus beaux rêves sont
l’imagination, nous pouvons rêver de
tout    et     n’importe     quoi,    que     ça
soit réel ou imaginaire, ce rêve restera magique.
Nous pouvons même faire des cauchemars, souvent
irréels, mais qui font très peur.
Les rêves sont notre avenir.
Bref les rêves peuvent
nous faire peur,
rire          et
imaginer.

R comme Rêve

Un

enfant brillant,

il       avait       toutes

les chances pour réussir

dans         la         vie.         Un

jour,   il   a   pris   la   mauvaise

décision : au lieu de réviser, il est

parti  à  une  fête  et  a  raté  son

bac.  Il  est  rentré  chez  lui  les

larmes  aux  yeux   car  il  allait

redoubler. Arrivé chez lui, il

va        voir        ses

parents. Mauvais

rêve.

 

R comme Récit

Un récit : voilà ce que vous avez à rédiger, mes élèves de 4èmes.  Raconter une histoire, ce n’est pas une mince affaire.  Alors, curieusement, pour vous aider, je vous propose quelques passages obligés, qui suivront les différentes étapes de votre récit : « Il ou elle était… », « Or, un soir », « Le lendemain… », « Dix années passèrent… », « Un dimanche… » Voilà vos cinq paragraphes !

Imaginez deux ou trois personnages, pas plus. Vous pouvez être l’un d’eux.

Quelques mots  en commun et votre imagination vous conduira dans des voies totalement différentes. C’est le pouvoir des mots : combinés de toutes les façons, ils peuvent créer des mondes, des paysages, des drames ou des situations cocasses.

J’ai hâte de vous lire.