Category Archives: article de presse

La pendaison d’Hippolyte Deshayes (Mélissa)

Marié et père de 4 enfants, un homme s’est pendu le 3 avril 2018. Personne ne connait la raison de son geste.

Alors qu’il était père de 4 enfants, marié et cultivateur, un homme d’une cinquantaine d’années nommé Hippolyte Deshayes , a été retrouvé pendu vers les environs de Meaux. Cette pendaison aurait eu lieu le 3 avril 2018 et son cadavre a été inhumé deux jours après. L’homme s’est probablement pendu à l’aide d’une vielle corde accrochée à un arbre vers un lac entouré d’arbres. Seules deux ou trois  personnes qui s’y promenaient à cette même date, affirment avoir vu l’homme.

Un témoin nommé Jacqueline Monquesty a déclaré: « je pense avoir vu cette homme avant l’incident, une bouteille d’alcool à la main ».
Un autre, nommé Robert Dilaurain a ajouté: « je ne suis sûr de rien, mais je pense avoir vu un autre homme suivre Hippolyte Deshayes car chaque fois que ce dernier tournait dans une direction, l’autre faisait de même. Il était assez grand et maigre et avait les cheveux bruns. C’est tout ce que j’ai pu voir. »

La police a essayé de regarder s’il y avait sur la corde des empreintes d’une autre personne mais aucune n’apparait.
Personne ne connait la raison de son geste.

Sa femme, Anaïs Deshayes ne le trouvait pas dépressif ces derniers temps et ne lui connaissait aucun ennemi. Elle a dit: « Je n’ai jamais soupçonné personne de menacer à mort mon mari ». Un des enfants, qui s’appelle Jean Deshayes ayant seulement 6 ans n’aurait jamais pensé que son père ferait une chose pareille. Il croit à présent que son père ne les aimait plus. La famille est bouleversée.
Un hommage lui a été rendu une semaine après sa mort.

De nos jours, les suicides sont de plus en plus importants. Ils sont dûs e aux dépressions, aux problèmes d’alcool, d’harcèlement ou encore de drogue.

 

 

Un homme écrasé par un automobiliste en délit de fuite.

Un homme nommé M. Cocusse a été écrasé près d’Armay-le-duc (Cotés-d’or). Il a été renversé par un automobiliste samedi 1er janvier. Le conducteur ne se serait pas arrêté et aurait continué son chemin . Les policiers sont en train d’enquêter et recherchent l’automobiliste. Dans la nuit du vendredi 31 décembre 2034 au samedi 1er janvier 2035 à 2h du matin, des témoins ont raconté que le conducteur avait créé plusieurs conflits car il était fortement alcoolisé et se serait échappé à toute vitesse et aurait percuté l’homme. Des journalistes sont allés interroger 2 témoins  de la scène; ils ont remarqué qu’ils avaient tous la même version.

  • « l’homme avait traversé la route et l’automobile est arrivée à toute vitesse en grillant le feu rouge et ne s’est pas arrêtée ».
  • « L’homme a traversé la route sans regarder aux alentours puis s’est fait renverser ».

Selon la police,  l’automobiliste est sorti d’une fête du nouvel an saoûl et a écrasé M.Cocusse. L’homme écrasé risque de perdre la vie . L’homme recherché risque une peine de prison à vie ou 30 ans pour homicide involontaire,  délit de fuite et conduite en état d’ivresse. La victime se fait opérer et ne pourra probablement passer la nuit.

L’année dernière (2034) plus de 30 000 personnes ont été victimes de ce genre de comportement;  la moitié n’a pas survécu;  d’autres  sont handicapés, pour les mêmes raisons : état d’ivresse, envie de tuer, excès de vitesse . Les inculpés prennent en moyenne 30 ans de prison; plus s’ ils prennent la fuite.

de sherine et britney

 

Foudroiement mortel à Marainvillier (Elsa)

L’EST ÉCLAIR | Fait divers | 10.09.2017

Foudroiement mortel à Marainvillier

Le 17 août, un couple d’agriculteurs a été foudroyé dans un champ à Marainvillier. L’homme est décédé, sa femme a été grièvement brûlée.

Mardi 17 août , aux alentours de 16 heures, un orage a fait deux victimes près de Marainvillier ( Meurthe-et-Moselle). M. et Mme. Pierre Masson, éleveurs de vaches laitières étaient en train de faire les foins dans un de leurs champs lorsque qu’un violent orage a éclaté. Alors que les deux agriculteurs se dirigeaient vers leur tracteur pour se mettre à l’abri, l’homme a été frappé par la foudre, sans doute attirée pas les pointes de la fourche qu’il portait sur l’épaule. Foudroyés, M. Masson et sa femme se sont effondrés au sol.

Orage, ô désespoir …

Témoin de la scène, Maya Bourdon,  jeune apicultrice qui s’occupait de ruches qu’elle avait placées à proximité du champ des Masson, s’est aussitôt précipitée à leur secours. Mme Masson était consciente et souffrait d’importantes brûlures au niveau des jambes. M. Masson était sans connaissance et en arrêt cardio-respiratoire. Après avoir alerté les pompiers l’apicultrice a immédiatement entamé un massage cardiaque. Les pompiers sont arrivés sur place quinze minutes plus tard suivis de peu par une ambulance du SAMU de Nancy. Malgré les soins prodigués, le médecin urgentiste n’a pu réaniméer M. Masson qui a été déclaré mort par arrêt cardiaque. Choquée et souffrant de brûlures profondes aux membres inférieurs, sa femme a été transportée au CHRU de Nancy.

La commune de Marainvillier en deuil

Bien connu des habitants de Marainvillier, M. Masson était chevalier du mérite agricole et avait remporté plusieurs prix au Concours général à Paris. Il était adjoint au maire de Marainvillier, M. Nicolas Mirabelle. Interrogé sur ce drame, le maire a déclaré: « Pierre Masson a fait beaucoup pour notre commune. C’était un homme intègre, très apprécié des Marainvillois. Nous sommes tous profondément peinés de son décès. Nos pensées se tournent également vers Brigitte, sa femme.».

M. et Mme. Masson allaient bientôt fêter leur 40 ans de mariage. Lors des obsèques, Mme Masson a prononcé elle-même l’éloge funèbre de son mari. Connue pour son inébranlable sens de l’humour, elle a conclu par ces mots: « Ma vie avec Pierre a fini comme elle avait commencé … par un gros coup de foudre ! ».

La foudre : 300 victimes par an

Chaque année, en France, la foudre fait entre 100 et 300 victimes pour une quinzaine de morts. Les animaux et le bétails en particulier ne sont pas épargnés puisque tous les ans environ 20 000 bêtes sont foudroyées.

Les objets pointus, surtout s’ils sont portés au dessus de la tête constituent une cible privilégiée pour la foudre à fortiori si l’objet est métallique. Il ne faut pas non plus s’abriter sous un arbre isolé.

un rodeur aperçu par les habitants

Le sombre rôdeur aperçu par le mécanicien Gicquel près de la gare d’Herblay a été retrouvé : Jules Mensard ramasseur d’escargots.

Cela fait maintenant trois semaines qu’un homme surnommé « le rôdeur » par les habitants tourne chaque soir autour de la gare d’Herblay. Les habitants sont vraiment très  inquiets de ne pas savoir qui cela peut  bien être car personne ne l’a jamais vu.

Le soir du 3 août 1995, Gicquel le mécanicien de la ville, a aperçu le « rôdeur ». Les voisins ont appris la nouvelle de suite. Ils étaient rassurés de savoir enfin qui était derrière ce surnom. Gicquel affirma aux policiers que c’était bien lui car il était habillé tout en noir, avec un masque noir et des lunettes de façon à ce que personne ne le reconnaisse.

Apres plusieurs portrait robot, Gicquel a reconnu le rôdeur. Il a dit  aux autres habitants que ce n’était pas si simple de reconnaitre quelqu’un surtout quand il fait noir.

Le rôdeur a déclaré  à la police qu’il faisait des tours le soir près de la gare car c’est là qu’il trouve  plusieurs nouvelles espèces d’escargot qu’il étudie dans le cadre de ses travaux de recherches. pour son métier.

D’après le maire de la ville d’Herblay, tout s’est arrangé avec tout le monde, les habitants, sont à présent rassurés de savoir que c’est seulement leur voisin Jules Mesnard qui faisait tout simplement  son travail. Maintenant, tout le monde aide  Jules à ramasser les escargots. D’après les policiers , cela est maintenant  devenu une vrai activité pour tous.

 

Savoie : le village perd son curé

Dans la journée du dimanche 3 mai 2016, le Curé de la Compôte est mort d’un anévrisme après avoir escaladé seul les monts et s’être allongé complètement nu sous un hêtre. Retour sur une mort mystérieuse…

Faits divers  |   La mort du Curé   |  3.05.2016

Afficher l’image sourceLe 3 mai 2016, le curé de la Compôte, dit « Morn » d’après ses amis, aurait décidé d’escalader seul les monts de Savoie et de se coucher, tout nu sous un hêtre. D’après sa femme, Marie de la Compôte, il aurait préparé le petit déjeuner ce qui ne serait pas dans ses habitudes. Il aurait même été « très amical » avec les habitants de son village durant toute la matinée selon  un de ses amis, Albert Jaroussky qui définit son comportement comme « un appel à l’aide ».

Partagés sur les faits

Le médecin légiste de la municipalité de Haute-Savoie, Gérard Alagna, affirme qu’il serait mort d’après les premières examens vers 14h30 du fait d’un anévrisme. Un deuxième médecin légiste anonyme  a indiqué que lorsqu’il se serait mis nu sous l’hêtre, le froid aurait engendré son anévrisme et donc pour lui, le froid serait le « déclencheur » de la mort du curé.

Un grand croyant

Beaucoup ont affirmé que ce jour-là le curé « habituel » n’était pas là. Le pasteur de l’église Saint-Martin affirme que la veille « son vieux pote Morn » et lui même auraient consulté un oracle annonçant que la fin était plus proche qu’on ne le croit. La psychologue du village Léna Minerva  qui suit le curé a délivré une autre hypothèse :   » Ce patient, je le connais il est spécial. Depuis quelque jours, il était bizarre, très bizarre, un peu louche! Vous voyez ce que je veux dire ». Certaines rumeurs circulent dans le village disant que le curé voulait se « ressourcer dans la nature avant de rendre son dernier souffle » et d’autres disent encore : « Non, ce n’était qu’un fou ». Même, en connaissant la cause de la mort, les raisons de celle-ci sont encore inconnues.

Autres morts étranges dans les confins de la Savoie

La même semaine, le lieutenant Joseph March, a déclaré que lui et toutes son équipe ont retrouvé trois corps, tous les trois morts dans la même position et les mêmes conditions que le curé de la Compôte: les bras en croix et les pieds joints , complètement nus, sous un hêtre et recouerts de neige.  Après quelques recherches, le lieutenant a découvert que tous les trois étaient des prêtres, des curés ou d’autres personnes appartenant à des cultes religieux. Chaque fois , la famille et les proches des victimes auraient constaté des changements de comportements la veille ou plusieurs jours avant la disparition.  « Des morts suspectes ou innocentes? Je n’en sais rien  pour l’instant, mais mon instinct me dit que ces quatre morts ne sont sûrement pas les premières et ne  seront pas les dernières » dit le sergent de la police en charge de l’enquête, Cheick Dessay.

 

 

ALIOUANE Yasmine, 4eD

 

 

 

Une terrible histoire à Meaux

Un père de quatre enfants, cultivateur des environs de Meaux, s’est pendu.

Une nouvelle enquête à Meaux. Le 23 janvier 2019 à 10h46 du matin, un jeune homme promenant comme à son habitude son chien dans la forêt la plus connue de la ville, a fait une découverte macabre.

En effet, il a aperçu un corps pendu au plus gros chêne de la forêt. Policiers et pompiers sont arrivés dans la foulée. Les questions ont été nombreuses. L’enquête, toujours en cours, a permis d’interroger sa femme qui expliqua les nombreux soucis qu’ils avaient au sein de leur famille.

Derrière son sourire se cachaient de nombreux soucis, tels que des problèmes financiers et des tensions au sein du couple. Mais c’est dévastée et étonnée que madame Deshayes jura qu’il n’aurait pas mis fin à ses jours pour de telles raisons et qu’il devait sûrement y avoir d’autres causes qu’elle ignorait.

Lors de l’enquête, un courrier anonyme a été retrouvé dans ses affaires chez lui. Il s’agirait d’une menace ». D’après le mot, Hippolyte Deshayes devait donner une somme astronomique d’argent à un homme qui le faisait chanter, ce qui expliquerait ses soucis financiers et l’énorme stress dont il était l’objet. D’après une source proche de l’enquête, un maître chanteur serait la principale cause de ce décès. Une enquête le concernant est en cours.

Blessures de deux policiers à cause d’une rixe ( Antonin Péry )

L’agent Paniosier et l’agent Ginet se sont fait attaquer alors qu’ils calmaient une rixe à Aubervilliers.
LE MONDE fait divers 23/03/2021

Les agent Paniosier et Ginet calmaient une rixe ce lundi 18 octobre à 18h15 à Aubervilliers. Ils se seraient mis entre les deux bandes rivales. « Quand on est arrivé, ils n’avaient pas encore commencé. On s’est mis au milieu pour les séparer;  c’est là qu’un d’eux a mordu Paniosier et un autre m’a assommé par derrière; un autre m’a donné un coups dans le ventre. Je n’ai même pas eu le temps de sortir ma matraque qu’ ils étaient partis » a déclaré Ginet.

Une vieille dame a raconté : »Ils étaient une vingtaine si je me souviens bien et certains étaient armées de battes de baseball. Ils sont partis après l’arrivée des policiers ». Il s’agit apparemment d’une guerre de territoire.

Les rixes en France.

En France le nombre de rixe en a considérablement augmenté depuis 2010. Les bandes rivales se battent pour des guerres de territoires. En France dix personnes meurent à cause de rixes et plus de cent personnes se blessent par an à cause de rixes. Ce ne sont que jeunes qui y participent.

Deux policiers blessés à cause d’une rixe

Le 12 mars 2021 à Aubervilliers la police a tenté d’arrêter une bagarre entre gangs. Mais sans l’aide de renforts, les policiers M.Panoisier et M.Ginet sont ressortis gravement blessés de cette rixe.

A Aubervilliers  une rixe a eu lieu entre deux gangs connus des services de police. « Deux policiers qui tentaient d’intervenir pour séparer les deux bandes sont ressortis gravement blessés de cette confrontation », déclare le chef de la  police municipale . Les deux gangs étaient au nombre approximatif de dix et onze personnes, selon un témoin . Ils auraient été armés de battes de baseball et de bâtons en bois. Un témoin déclare qu’ils sont arrivés entre 13 et 14h. Ils avaient d’abord commencé par  des insultes avant de s’envoyer des projectiles de types cailloux et en étaient finalement venus aux mains .

Deux hommes du gang sont gravement blessés ; ils auraient été touchés à la tête par un projectile. En essayant de les séparer, l’un des policiers se serait pris un violent coup de tête dans le thorax tandis que l’autre l’autre aurait été mordu au cou et laissé à terre. Un collègue du policier affirme qu’il aurait été transféré à l’hôpital Saint Georges. La gendarmerie, arrivée seulement après, serait finalement parvenue à les séparer.

Nombre de confrontations entre gangs en France .

La courbe de confrontations entre gangs est en hausse. Aujourd’hui en France plus de cent gangs se battent chaque semaine,  ce qui causerait plus 150  morts et 350 blessées chaque année. D’après un médecin cette hausse de violence seraient liée au confinement.

 

un mysterieux pendu

UNE MORT PAR PENDAISON LE 15 JUIN 1996 DANS LES ENVIRONS DE MEAUX

 

Le 15 juin 1996 vers approximativement 16h32 , dans les environs de Meaux, alors qu’elle rentrait chez elle, madame Deshayes a trouvé son mari Hippolytte pendu dans la cuisine. Elle témoigne : « il était pendu dans la cuisine, son visage violacé, la langue pendante.« .

Il serait mort car il aurait glissé de sa chaise pendant qu’il accrochait une corde à son plafond ; pour une raison mystérieuse la chaise aurait glissé et serait tombée au sol , cependant, des traces de lutte sont présentes dans la cuisine mais d’après les enquêteurs ce serait les traces des tentatives infructueuses du mort après sa chute pour s’agripper à quelque chose.

D’après d’autres sources, il aurait subi un chantage et, de désespoir, se serait suicidé. Cependant cette supposition est plus qu’incertaine  car la seule preuve de cette théorie provient des dépenses mensuelles de 20 000 € et dans ce cas les traces de luttes sont inexpliquées.

En conséquence de cet acte , et selon des psychologues qui suivent cette famille depuis la mort d’Hippolytte: « Les enfants de cette famille se seraient mis à jouer avec excès au jeu du pendu. ». De plus, la famille est désormais très mal vue par les habitants des environs de leur maison et les produits vendus par eux ne sont plus achetés.

LA MORT PAR PENDAISON, UN FLEAU PSYCHOLOGIQUE

La mort par pendaison touche mentalement beaucoup de proches des pendus qui,  déprimés se suicident à leur tour par pendaison : ce fléau décime des familles entières.

 

(SHAILY): La mort énigmatique d’un père de 4 enfants

___________________________________________________________________________

LE MONDE | FAIT DIVERS | 12/08/2020 | Par Shaïly TUBIANA

         ______________________________________________________________________

 

Le 4 août 2020 en début de matinée, un cultivateur des environs de Meaux a été retrouvé pendu  dans la grange à l’arrière de la maison familiale, par un de ses employés. Celui-ci, apprenti cultivateur de pommes de terre et de carottes, se rendait ce matin- là à son travail.

Suicide ou meurtre?

Depuis que le corps a été retrouvé, de nombreuses suppositions sur les circonstances du passage à l’acte ont été énoncées. Certains se prêtent à penser que cette tragédie pourrait être un meurtre ( peut-être passionnel) mais aucun indice ne confirme cette hypothèse pour l’instant. Un des voisins d’Hippolyte Deshayes, le cultivateur retrouvé mort exprime son point de vue » Avec ma femme, nous nous rendions très  souvent chez les Deshayes, l’atmosphère était tendue, ils prévoyaient de divorcer. Je ne veux juger personne, mais sur un coup de tête tout peut arriver, vous savez, on ne peut rien prévoir de nos jours ».

Dans le cadre de l’enquête, ses enfants ont été auditionnés ; la plus grande de ses filles a affirmé Après que mon père est venu me dire “ bonne nuit” aux alentours de 21h30, je ne l’ai plus revu, y compris au petit déjeuner”.

 

“c’était un homme aimant mais renfermé”

Ce père de famille, sans histoire était très proche de ses deux filles de 16 et 8 ans et de ses deux fils de 5 et 11 ans. Mme Deshayes, sa femme est dévastée et ne comprend pas cet acte si soudain. Elle n’aurait jamais pensé que son mari allait si mal. Ils avaient des soucis financiers mais comparativement à cette horreur cela n’avait aucune commune mesure. « Mon mari était un père aimant mais renfermé et sensible.famille-agriculteurs-champ - Le Pointeur Ce geste a choqué les enfants qui sont en deuil de leur père bien aimé, nous ressentons tous une vive douleur et nous restons soudés face à cette épreuve ».

Suite de l’enquête

L’autopsie du corps devrait nous en dire plus sur les réelles causes de la mort de cet homme de 49 ans,. Toutefois la famille a déjà programmé une marche blanche à la mémoire de Mr. Deshayes le 15 août à 18h30, place Des Beauxjournaux à Fontevoie-sur-Melle. Un policier proche de l’enquête a expliqué dans un communiqué: « Lors de notre arrivée sur les lieux, nous avons pu voir, un tabouret en bois monsieur Deshayes, accroché à une poutre de la grange avec une corde et un noeud coulissant. Dans les poches de M.Deshayes, nous avons trouvé le flacon de médicaments pour soigner la dépression ainsi qu’une ordonnance datant du 30 juillet 2020 qui s’avère être une fausse prescription médicale contre la dépression.
On devrait en savoir plus d’ici deux à trois jours…

 

Depuis 2016, le taux de suicide chez les agriculteurs est en nette augmentation. On déclare en moyenne 64 morts par an contre 12 dans les années 1980. Le ministre de l’agriculture devrait s’exprimer à ce sujet. Il pourrait probablement annoncer quelques réformes pour améliorer les conditions de vie des hommes et femmes dans le milieu rural et devrait Le cadavre retrouvé pendu dans une grange à Heinsch (Arlon) en mars dernier vient d'être identifiépour cela consolider les alliances avec les grandes entreprises de consommation .