Category Archives: 3B

Sam

Sam a une petite bouille et des yeux remplis de malice, il a le nez fin  et des cheveux épais qui lui forment un chapeau sur la tête. Il est de petite taille mais se prend pour un grand. Au lieu de parler, il crie comme le font les bébés qui ne peuvent pas s’exprimer autrement. Lorsqu’il marche, il met les mains dan ses poches pour imiter les jeunes qui le font dans la rue.

Quand il a faim, il a juste à crier : « MAMAN, PAPA J’AI FAIM ! » et immédiatement ces deux là lui apportent de la nourriture pour trois sur un beau plateau d’argent.

Il reste dans sa chambre autant de temps qu’il souhaite. Il joue, on range. Il mange, on débarrasse, et c’est comme ça tous les jours ! Ne parlons même pas de ses caprices, il a juste à regarder avec une tête de chien battu les personnes visées  et le tour est joué, il a ce qu’il a réclamé dans la poche ! Ses sujets de discussions ne sont pas intéressants et ce n’est pas pour autant que on lui coupe la parole…  On est toujours de son avis, on fait semblant de croire aux sottises qu’il raconte.

Il lui arrive parfois de se prendre pour une sauterelle quand il saute sur le canapé par exemple.

Il est gâté, impatient, désagréable lorsqu’il se lève du mauvais pied, bavard, indépendant, paresseux, têtu, chouchouté et préféré de tout le monde . Il est le dernier de la fratrie.

 

Arthur

Arthur a le cheveu lisse, l’oeil fixe et assuré et la poitrine gonflée, les jambes longues, la démarche ferme.

Il est très arrogant, il est très orgueilleux, il ne fait qu’un avec son avidité et il parle avec insouciance. Il ne parle qu’à la première personne et il se met toujours en avant. Il a un masque, il joue la comédie et il sourit. Il ne tient des promesses que lorsque que cela l’arrange, il fait des alliances et il frappe dans le dos.

Il ment et on le croit. Il nous regarde et on baisse les yeux. On ne peut le contredire, on ne peut lui désobéir ; on ne peut le toucher, on ne peut lui parler.

Il est très bon menteur, libertin, égoïste, très prometteur et présomptueux.

Il est président.

Tina

Tina a le visage fin et la peau lisse, des yeux perçants, couleur océan, le nez fin et la bouche pulpeuse, des cheveux blonds vénitiens et des formes là où il le faut. Sa démarche et ses paroles sont assurées. Elle ne porte que des vêtements de marque et n’hésite pas à juger les vêtements dits bas de gammes de certaines filles de son école. Toujours accompagnée, elle a tellement d’amis qu’il faut réserver sa place pour pouvoir rester ou sortir avec elle. Dans les couloirs, elle passe et l’on s’écarte, elle domine, et l’on s’incline. Elle ne travaille pas, on travaille pour elle. Au réfectoire, elle double la file d’attente mais l’on ne proteste pas, elle a sa table attitrée et on ne s’y assied pas sans son autorisation. L’école est comme un petit château dont elle est la reine. Alors elle commande et on la suit. Sa présence suffit à faire tomber le coeur des garçons, notamment celui du plus beau de l’école et convoité par beaucoup d’autres filles. Dehors, on la salue ou on lui fait la bise pour montrer qu’on la connaît et ainsi avoir du mérite auprès des autres. C’est aussi un honneur de lui porter ses affaires. Elle possède toutes les qualités requises, on ne lui trouve aucun défaut. Tout doit être parfait chez elle. C’est l’incarnation d’Aphrodite : recherchée, jalousée, copiée… Elle se croit au dessus des autres et elle a bien raison. Chouchoutée par les professeurs et le directeur, elle fait tout pour avoir les meilleures notes de l’école pour ainsi montrer que c’est elle la meilleure. Dans la rue, il arrive qu’on lui demande une photo avec elle ou pour les vrais fans un autographe. Elle est prétentieuse et possède un grand égo et c’est aussi une très bonne actrice pour manipuler les autres. Elle est une déesse, tout lui est acquis.

Elle est populaire.

Augustin

Augustin a le visage allongé, une petite bouche, il est maigre et il a de grandes jambes.
Vestimentairement parlant, il s’habille dans des boutiques vintage : il porte toujours un couvre-chef. Lui ne fait pas attention au prix de ses habits mais à leur composition  : si le pull n’est pas conforme aux lois du bio, il est hors de question pour lui de le mettre.

Quand Augustin discute, le sujet de la discussion n’est plus un secret, bien évidemment elle portera autour de l’écologie. Augustin connaît ce domaine comme sa poche, il parle et on écoute ; si l’on n’est pas d’accord avec lui, on est alors retiré de son cercle d’amis.

Augustin n’a qu’un seul enfant, car il préfère s’occuper de la situation écologique de la ville que de son enfant. Augustin ne se déplace qu’a vélo car il est hors de question de polluer pour lui. De temps à autre Augustin part en week-end à la campagne pour se purger de tout le gaz carbonique qu’il a ingurgité à longueur de journée.

Il n’est pas drôle, au point sur l’écologie, il a peu d’enfants et il est aisé.

C’est un bobo .

Gérard

Gérard a le visage rond, les cheveux grisonnants et fuyants, la barbe mal taillée et le regard insistant derrière ses petites lunettes, qui vous examine de haut en bas. Il est de petite taille mais se croit grand. Il porte des chemises à carreaux trop petites car son miroir est truqué : il lui montre un homme fort, grand et mince.

Il vit chez sa mère, qui fait tout pour lui, lui lave son linge, le nourrit, et jamais il ne la remercie. Il ne cuisine pas.

Il  rit plus fort que tout le monde, d’un rire gras, il râle. Il commente le physique des présentatrices télé, et conclut le visionnaire de l’interview d’une auteure par « elle a quand même sacrément grossi ! » Il gagne plus que sa collègue féminine, de même niveau hiérarchique. Il a raté sa carrière et reste amer de voir des femmes au-dessus de lui dans sa société.

Il offre à sa nièce une poussette et un poupon « pour qu’elle se prépare ». Il remonte le fauteuil de son bureau pour se sentir supérieur, il méprise sa secrétaire et l’appelle « ma grande » ou « ma jolie » devant une vingtaine d’hommes en réunion.

Il critique les femmes en congé maternité, il critique les femmes qui n’ont pas d’enfants avant trente ans : « l’horloge maternelle tourne ! »

Il parle, et elles écoutent, il rit, elles se taisent, elles sont gênées, mais elles ne disent rien, car elles veulent garder leur poste. Et ils l’encouragent, ils rient avec lui. Il fait peur.

Il est arrogant, vulgaire, insolent, il a des avis politiques tranchés et personne ne le fera changer de point de vue, encore moins une femme. Il a une confiance aveugle en lui-même. Il est imposant, grotesque, grossier, injuste et discriminant.

Il est misogyne.

Motivée et Mauvaise joueuse

Contrairement à ce que vous pourriez croire, mon double n’est pas en tous points semblable à moi. Elle est, dans l’ensemble, beaucoup moins bien que moi. 

Pour commencer, moi je suis perfectionniste, attentionnée et généreuse ; alors qu’elle, elle est anxieuse, colérique et naïve, c’est l’horreur. Ma personne est franche, curieuse et compréhensive mais mon double est lunatique, jalouse et râleuse, tu imagines !! J’ai plusieurs qualités telles que l’honnêteté, la motivation et l’organisation. Elle ce n’est pas du tout ça, elle est maniaque, sensible et très mauvaise joueuse, elle ne supporte pas de perdre encore moins contre des personnes qui en rajoute des tonnes. Et pour finir, moi je suis intelligente mais ce démon est têtu, elle n’écoute qu’elle, même si mon avis l’intéresse beaucoup…

Généreuse, têtue, bavarde et optimiste

Contrairement à ce que vous pourriez croire, mon double n’est pas en tous points semblable à moi.

Elle est, dans l’ensemble, beaucoup moins bien que moi.

Moi, par exemple, je peux me faufiler partout mais elle, elle est tellement petite qu’on ne la voit pas. J’ai des yeux couleurs noisette ; elle, elle a des yeux qui ne lui permettent pas de voir sans ses lunettes. Elle voit ça comme un inconvénient.

Moi, je suis vraiment très généreuse mais elle, lorsqu’il s’agit de partager avec son frère et ses sœurs, elle disparaît volontiers comme Harry  Potter dans le  quai 9 3/4.

Moi, je suis calme, sincère et honnête ; elle, elle est têtue, bavarde, se          fiche du monde lorsqu’elle est en colère et peut mentir lorsqu’elle en a l’occasion.

Moi, je suis est vraiment optimiste, je prend souvent les choses du bon coté alors qu’elle, elle est inquiète si elle oublie un cahier chez moi.

Moi, je suis sociable,  j’aime parler avec de nouvelles personnes et me faire de nouveaux amis, alors qu’elle, elle angoisse quand elle se retrouve au milieu de personnes inconnues, comme dans le métro.

Je suis indécise au moment de choisir le programme télévisé du soir mais elle est sûre de vouloir rester sur sa tablette au lieu de faire ses devoirs.

Ces deux êtres — moi et elle — sont pourtant bel et bien la personne qui  écrit cela.

Mon double fainéant

Contrairement à ce que vous pourriez croire, mon double n’est pas en tout point semblable à moi.

Il est, dans l’ensemble, beaucoup moins bien que moi.

Moi, par exemple, je suis bon ami, protecteur, gentil ; lui il est mauvais ami, il ne protègerait pas ses amis s’ils se faisaient attaquer, au contraire, il se moquerait d’eux. J’ai des cheveux bruns et bouclés, de beaux yeux qui envoûtent.  Je suis rapide, vif, j’ai un caractère bienveillant et intelligent. Lui, c’est un escargot bête et fainéant qui ne pense qu’à lui. Moi, je suis généreux, aimable, sympa et comique. Lui, il est sauvage, orgueilleux, avec une touche de méchanceté.

Bref, il essaye toujours de me faire rire mais comme il n’y arrive pas et que je dis qu’il est bête, fainéant contrairement à moi et gênant comme un enfant de cinq ans qui veut se faire remarquer, il se vexe, me remet à ma place en disant que je lui ressemble et nous continuons à nous chamailler, même si cela dure une éternité.

Ceci ou cela

Contrairement à ce que vous pourriez croire, mon double n’est pas en tous points semblable à moi. Elle est, dans l’ensemble, beaucoup moins bien que moi.

Moi, par exemple je suis calme, polie alors qu’elle est timide et colérique. Je mange de la nourriture saine, elle, elle est gourmande dès qu’elle trouve du chocolat, elle le finit avant que je le voie. Quand je vais au supermarché et qu’il y a une file d’attente de vingt mètres, j’attendrai alors qu’elle double tout le monde sans aucun scrupule. Elle est fainéante, toujours assise sur le canapé, à regarder la télévision alors que moi je fais du sport quatre fois par semaine.

Enfin, elle est toujours jalouse  de moi, je lui dis de ne pas faire ceci ou cela alors elle se vexe.

Hauteur, fermeté, dignité

Contrairement à ce que vous pourriez croire, mon double n’est pas en tous points semblable à moi. Il est dans l’ensemble beaucoup moins bien que moi.

Moi par exemple, je suis grand, beau, actif ; lui, il est grand, gros et flemmard. J’ai de beau cheveux bouclés bruns avec une peau claire, lui il a les cheveux trop longs qui tombent sur le visage, gras comme une friteuse. Moi je sais profiter de toutes les occasions, lui il laisse passer sa chance car il est trop paresseux, moi je suis généreux et lui avare quand il s agit  de payer ses dettes.

En effet moi je suis jeune du haut de mes 14 ans, alors que lui, il se fait vieux. Si je pouvais le décrire en un mot, ce serait le mot »répugnant ».

Comme je suis plus fort que lui dans tous les domaines, il devient de plus en plus jaloux. N’importe quel truc que je fais, il cherche toujours  à me le reprocher, du coup je lui réponds avec hauteur, fermeté et dignité pour qu’il comprenne qui je suis… Alors il se vexe, je me fâche, nous n’en finissons pas .