All posts by walid.mze

C comme Coléoptère

Choses qui énervent :

le bruit de la fourchette qui glisse sur l’assiette, les hypocrites qui parlent dans le dos des gens, les personnes qui parlent la bouche pleine, le fait qu’on me dérange pendant que je fais mes devoirs, quand on m’appelle et que finalement il n’y a rien, les gens qui insultent…

Choses qui me rendent heureux :

vivre, la nourriture, les surprises, sortir avec ses amis, discuter avec des gens mûrs…

Choses qui font réfléchir :

les coccinelles sont des coléoptères, la vie est un beau mensonge et la mort une triste réalité, il ne faut pas courir après la bonne personne puisqu’elle ne s’enfuira pas, vous n’avez jamais vu votre vrai visage juste des reflets et des photos, vous ne pouvez pas lécher votre coude…

Choses qui fatiguent:

le sport, le travail, dormir trop longtemps, se faire réveiller pour rien, les menteurs…

Choses qui sont rouges:

le sang, les cerises, le blason du collège, les tomates, les extincteurs…

Q comme Quincailler quadragénaire

Axel a avalé une abeille attirante à Angers.

Bastien boit beaucoup au bois de Boulogne.

Cindy conduit une cadillac comme une chauffarde.

Dorothée dribble des défenseurs danois qui dormaient.

Evan écrit et écoute son ennemi ennuyeux.

Florence fait sa fiche car il faut la finir pour sa formation.

Géraldine gagne un grade en gardant son goûter.

Homer s’habille et hurle dans son hachis-parmentier d’hier.

Ines, ivre, immigre inexplicablement en Inde.

Jeannette jardine et joue avec des jonquilles jaunes.

Karim kidnappe un kangourou en Kia avec un karatéka.

Laura lave le linge le lendemain du lundi.

Marie marie le maire un mardi matin .

Omar organise l’ouverture officielle de l’office d’Oman.

Paul parle de petits pandas perdus.

Quentin qualifie quelqu’un de quincailler quadragénaire.

Rayan rigole en ravalant son Ricard de Rennes.

Sam suce sa sucette sale sur une salamandre.

Tom tartine du thon dans le train pour la Tasmanie.

Ugo unifie un unique univers unicolore.

Victor vit vaillamment dans les vignes de Venise .

Will, Xavier et Yann zozotent sur un zèbre .

 

 

 

S comme Sans que je comprenne

Je voyais une chaise, une chaise très simple. Elle était verte comme les écailles d’un lézard. Puis, sans que je comprenne, elle se mit à bouger, à se transformer. Tout d’abord, je vis le dossier de la chaise s’aplatir et se changer en une queue monstrueuse. Les pieds de la chaise grossirent, encore et encore, et des pattes griffues prirent leur place. Je vis une une tête ou deux,  je ne sais plus. Et quand ses ailes sortirent, je ne pouvais plus bouger. J’étais comme pétrifié dans mon lit. Ce dragon me fit si peur que je me mis sous la couette afin de plus le voir. Je l’entendais gronder juste en face de moi .
Quand il eut enfin arrêté, je sortis de ma couette et je fus surpris de voir ma chaise toujours là et je fus tout aussi surpris de voir une écaille par terre mais…  plus aucune trace du dragon…

M comme Matrice

Si j’étais dieu,  je referais le monde.

Si je pouvais partir, j’irais sur Mars.

Si je savais voler, j’irais au magasin de jeux vidéos.

Si j’avais le pouvoir de sauver quelqu’un, je sauverais mon grand père de la mort.

Si j’avais le pouvoir de donner la vie, je créerais le plus bel enfant qui ait jamais existé .

Si je pouvais remonter le temps, j’annulerais la première guerre mondiale.

Si j’avais du fer, je le transformerais en or.

Si je n’avais plus d’amis, je prendrais un curly.

Si les hommes étaient redevenus sauvages, je les redresserais.

Si j’avais la mort en face de moi, je la prierais de partir.

Si j’étais invisible, je jouerais à faire peur à mes amis .

Si la matrice existait, je la débrancherais .

R comme Rhinocéros

J’aime jouer à la playstation, lire des mangas, avoir de bonnes notes, être avec mes amis, regarder la télévision tard le soir, les musiques de MHD, l’odeur des frites sorties du four, sentir bon, faire du sport, les voyages en voiture, la vie, les pâtes carbonara, la sensation de tomber du lit alors que non, marcher au bord de la plage, taquiner mon frère, avoir le dernier mot, les pulls, avoir chaud, les films à suspense…

je n’aime pas les disputes, les légumes, les compotes pommes biscuit de la cantine, la mauvaise foi, les personnes qui te serrent la main avec un gant, les menteurs, les batailles de boules de neige, la pollution, le réchauffement climatique, la disparition des rhinocéros, le regards de tes parents lorsque tu as un mot, les films trop romantiques, les séries qui ne se terminent jamais, me blesser, pleurer, faire pleurer quelqu’un, l’odeur de l’essence, l’odeur du dissolvant pour le vernis à ongles, commencer une histoire et ne jamais la finir…

M comme à la recherche du Médecin

Il était grand, beau et musclé. Il s’appelait Conan.  Il avait une très jolie femme qui venait d’un autre village. Il était riche, connu et n’avait jamais vraiment eu de problèmes. Il avait des enfants, deux garçons et une fille, qui se nommaient Georges, Paul et Anna. Ses enfants étaient tous très doués à l’école chacun dans leur matière. Anna était bonne en mathématiques, Georges en français et Paul le plus grand était doué en sport. Toute cette petite famille vivait tranquillement.

Or, un soir, la femme de Conan tomba terriblement malade. Il chercha un médecin dans tout le village. Mais il n’en trouva aucun. Il se demanda alors où trouver le bon médecin. Il interrogea ses voisins, ses collègues et ses amis, mais aucune de ces personnes ne trouvait un médecin capable de la guérir. Puis un jour, une vieille dame lui dit : « Tu veux trouver un docteur pour ta femme ?
-Oui, dit-il, joyeux de trouver une personne qui connaissait un bon médecin.
-Tu devras aller dans un village voisin, du côté où le soleil se couche. Tu dois trouver M. Lefeuvre.
-Merci, répondit-il extrêmement pressé de partir voir ce M. Lefeuvre.

Le lendemain, Conan amena ses enfants avec lui pour aller voir le médecin. Le village n’était pas très loin, ils purent y aller à pied. Quand ils arrivèrent devant la porte du docteur, celle-ci était fermée. Ils repartirent alors chez eux, tristes de n’avoir pas pu voir ce docteur tant recherché. Conan et ses enfants revinrent tous les jours pendant un mois sans voir le docteur.

Deux mois passèrent, sans que Conan et ses enfants ne trouvent un médecin. La femme de Conan finit par mourir suite son infection. La famille fut très triste. Ils pleurèrent longtemps après la mort de la femme. Ses funérailles furent très longues car tout le monde voulait témoigner du courage de la femme et de l’amour de son mari.