All posts by kyo.bouteille

Dormir

Pierre a le teint blafard, le visage sec, il a de grandes cernes, le regard fuyant, de petites épaules, le dos courbé, les bras pendants .Il est boutonneux et il porte d’imposantes lunettes. Il est timide , jamais à l’écoute, il ne mange rien, il ne se douche que parfois, il ne dort jamais et reste toutes ces soirées dans sa chambre collé à son écran d’ordinateur. En classe, il lâche de grands bâillements et dort.Il dort  le jour et vit la nuit. Personne ne l’écoute, tout le monde se moque de lui. S’il dort ,vous l’entendez ronfler sur sa table, les bras croisés, les yeux fermés, sa capuche sur la tête et son sac vide en guise de coussin. Il est seul, dormeur, stressé, agressif, il est dans son monde et jamais content sauf quand il est devant un écran.

C’est un geek !

Zombies en haillons

De Paris, le 14 décembre,2019

Je trouve les caprices de la mode chez les Parisiennes étonnants. Été comme hiver elles aiment porter des jeans. Rien de surprenant me dirais-tu si ce n’est qu’ils sont déchirés, troués pour être « à la mode ». Elles les portent assortis avec de petit hauts, pulls, t-shirts qu’elles achètent dans leurs boutiques favorites. Celles qui ont le plus de moyens fréquentent les magasins des quartiers branchés. Certaines enseignes dites tendance ont ainsi colorisé les quartiers chics de Paris : Maj, The Koople, Zadig et Voltaire, et su séduire les victimes de la mode des quartiers chics.  Pour ce faire , les marques n’hésitent pas à vendre à prix d’or des pantalons déchirés et troués de tout côté. Les adolescentes moins aisées n’ont pas échappé à cette mode, à ce culte du pantalon troué. Elles se les procurent dans des boutiques plus accessibles du type H&M, Primark, Bershka… ou, persuadées qu’elles sont des apprentis stylistes, certaines n’hésitent pas à confectionner elles-mêmes le jean le plus tendance à coup de ciseaux ravageurs.

Mon ami,depuis plusieurs années les rues de Paris sont envahies de fashionista persuadées d’être à la pointe de la mode mais qui en réalité ressemblent à une armée affaiblie par l’attaque soudaine d’une meute d’animaux sauvages affamée et sans pitié. Le plus drôle, je te le dis, c’est que ces zombies en haillons sont maintenant copiées et enviées par leur mère, leur frère…

Le culte du pantalon déchiré a envahi le pays et pourrait bien se propager de la Capitale à la plus petite province et jusqu’à nos dirigeants…                                                                                                                                 Moi même mon ami, je n’ai pas pu y résister!

De Tomasso à Pablo, à Rome

Karma

C’était un jour de pluie, j’étais dans ma voiture avec ma mère et ma sœur, nous allions acheter des habits.

Ma sœur comme à son habitude chantait et donc ma mère criait :

– Ferme ta bouche, Lois. Ferme-la.

Ma sœur répliquait en chantant encore plus fort. Moi, j’étais dans un coin de la voiture en train de rire comme un débile et ma mère criait dessus :

-Kyky, tais-toi, sinon ça va mal se finir.

Ma sœur criait de  plus en plus fort, cela m’énervait, je bouillonnais intérieurement, je n’en pouvais plus de cette voix agaçante qui criait sans arrêter dans mes oreilles alors je pris le parole et je lui dis :

– Ta gueule, j’en peux plus !

– Bien dit répondit ma mère.

Ma sœur se tut donc. Une fraction de seconde après cela, ma mère  heurta de plein fouet la voiture de devant et cria :

– Vaffanculo.

Ma sœur dit à son tour :

– Oh shit!

Et moi je murmurai doucement :

– Le karma, c’est lui, il nous a eus.

Nous étions tous sous le choc. Ma mère ne bougeait plus, elle était figée comme si le temps s’était arrêté et d’un seul coup elle se retourna brusquement vers moi et ma sœur et dit :

-Quand papa va apprendre ça, vous allez devoir courir vite.

J’étais déjà frustré avant qu’il ne me coure après. Ma sœur dit alors :

-Kyo, qu’est-ce qui t’a pris de crier comme ça ? Tu deviens fou !

Je lui mis alors une gifle et cela partit en live. Les coups fusaient de partout, ma mère s’interposa et nous mit une baffe à chacun.

 

Aimable et jaloux

Contrairement à ce que vous pourriez croire, mon double n’est pas en tous points semblable à moi.

Il est dans l’ensemble, beaucoup moins bien que moi .

Moi, par exemple  je suis généreux, mais lui fait tout pour prendre le dernier yaourt du frigo. Lui est narcissique alors que moi je suis toujours là pour complimenter les autres. Moi, je suis courageux mais lui a très peur du grand bleu. Je suis très sociable mais lui peut rester seul pendant une soirée sans rien faire. Moi je suis compétiteur mais lui ne se donne jamais à fond pour de vraies compétitions. Moi je suis aimable, ouvert mais lui est jaloux et fermé. Moi je fais toujours rire les autres mais lui est très vite ennuyeux. Lui est très nerveux, il peut s’agacer pour tout et pour rien mais moi je sais rester très calme.

En effet ces deux êtres – moi et lui, lui et moi – sont très différents. Moi je suis exemplaire alors que lui est imparfait. Dès qu’il me regarde, il le fait d’un air envieux. Il est toujours là pour me rabaisser ou me donner des leçons, alors je lui dis que je suis mieux que lui, nous nous battons et cela ne finit pas.