Adonescence

De Paris, le 75 de la lune de mars, 2019

Je me suis fait héberger par une famille parisienne qui  est composé de trois jeunes filles, une mère et un père. Ils sont très différent de nous :

Tout d’abord le plus grande des trois filles est ce qu’on appelle une adolescente. Les personnes atteinte de cette « maladie » ont 14 ou 16 ans. L’adolescente ne voulait jamais être d’accord avec ses parents, ce qui les énervait beaucoup . Elle ne voulait pas lâcher sa machine qui permettait de parler avec des gens qui se situaient loin d’elle , ils appelaient ça « tchatter ». J‘avait l’impression qu’il y avait une  concurrence entre elles et la moyenne petite fille . 

Les deux autres filles sont plus petites mais beaucoup plus bruyantes, elles sont pires que la grande. Elles se font régulièrement taper par leur parents car elles ne les écoutent pas du tout . Par exemple, nous étions sorties faire des course dans un magasin et les deux filles faisaient couler de l’eau par leurs yeux en criant pour avoir ce qu’elles voulaient. Finalement nous sommes revenues avec des sacs remplis de jouets. Je suppose donc  que c’est tout à fait normal dans leur société et qu’elles  sont atteintes de la maladie  de « l’adonescence ».

Enfin , les parents sont , je crois, les pires de toute la famille. Ce sont eux qui crient le plus souvent, de plus ils se disputent très régulièrement devant leurs enfants. Ils font du favoritisme entres leurs filles mais sans vraiment les aimer et boivent une eau qui s’appelle alcool .

Pour conclure, je trouve que ses gens sont ne sont pas aussi civilisés et calmes que nous .

Mélissa à Bételgeuse 360, Bételgeuse

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *