M comme Métamorphose

Dans le monde de l’antiquité, dans une merveilleuse cité, vivait une jeune fille nommée Rose. Elle approchait ses 21 ans et sa famille voulait absolument qu’elle se marie. Rose était d’une incroyable beauté et des centaines de prétendants se présentaient chaque jour à sa porte mais elle les refusait tous, les trouvant laids et insignifiants. Rose était également d’un égoïsme sans pareil, elle voulait l’homme le plus beau, le plus riche, le plus fort et le plus vaillant de toute la ville.

Cela faisait maintenant des mois que ses parents l’agaçaient pour qu’elle épouse un jeune homme. Fatiguée et irritée par ses congénères, Rose décida d’organiser un concours afin de voir quel homme serait à sa hauteur. Par un beau jour de Mai, elle rassembla tous ces prétendants et leur demanda d’aller cueillir pour elle la fleur qui lui conviendrait le mieux, la plus belle donc. Jupiter, le dieu de tous les dieux, ouït cet appel, se transforma en mortel et descendit de l’Olympe participer.

« Vous avez deux jours », dit-elle.

Et la chasse commença.

Des prétendants lui ramenèrent les fleurs les plus rares du monde, jusqu’à en faire disparaître certaines variétés. Jupiter voulait faire quelque chose de spécial pour Rose, quelque chose de magnifique, dé’blouissant ! Une fleur parfaitement adéquate et égale à sa beauté. Il créa une fleur jamais vue, une fleur qui n’existait pas : une rose.

Créer une fleur conforme à la beauté de Rose fut très difficile : chaque détail devait être minutieusement travaillé, chaque pétale d’une douceur sans pareille… Au bout de deux journées, il vint à bout de son travail, une nouvelle fleur d’une incroyable magnificence venait d’être créée, une magnifique rose rouge.

Le jour de la sélection arriva, chaque candidat était inquiet, nerveux, fatigué après deux jours de recherches sans relâche. Rose jugea la fleur d’une vingtaine de prétendants jusqu’à celle de Jupiter, aucune ne lui convint. Elle la prit dans ses mains avec délicatesse, l’observa longtemps puis déclara sur un ton vaniteux :

« Cette fleur est presque parfaite, seulement… elle devrait être beaucoup plus légère. C’est dommage, tu y étais presque ».

A ce moment précis, Jupiter éclata de rage et il s’exclama d’un ton furieux, révélant sa vraie forme :

« Petite insolente ! Tu ne sais pas reconnaître la colère d’un dieu !? Maintenant tu la connaîtras ! Tu souhaites repousser les gens ? Et bien tu les repousseras a jamais !  »

Jupiter métamorphosa Rose en sa fleur prévue et rajouta des  épines sur sa tige.  Depuis ce jour-là, toutes les roses du monde portent des épines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *