D comme Dame pourpre

La

voilà, la

Dame pourpre, toujours

aussi  belle,  aussi  chatoyante.

Elle     vient,     une     fois     dans

l’année,   dans   un   cimetière.   On

ne la voit pas plus, mystérieuse, silencieuse.

Dans ce cimetière, elle s’agenouille, et

pleure auprès d’une tombe.

Ses larmes reflètent les

étoiles scintillantes de

la         nuit

sombre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *