Category Archives: S

S comme direction ateliers Pierre Soulages

RUE DE LA MAIRIE

Les oiseaux chantent à tue tête. Plusieurs voitures se suivent et un embouteillage se forme ; je vois alors qu’un camion-poubelle est devant et prend son temps.

Le bitume est rouge, je ne l’avais jamais remarqué. Un chat passe devant moi, je le reconnais : c’est celui de mes voisins. Une voiture se gare. Le vent se lève, les arbres bougent et les feuilles me tombent sur la tête. Un monsieur monte la pente en vélo, il a l’air épuisé. Dans le parc des enfants jouent au foot.

MIROIR D’EAU

Un peu de calme, c’est apaisant, il n’y a personne. De gros pots de fleurs entourent le miroir d’eau, je trouve que c’est laid. Je remarque qu’il n’y a pas d’eau car on est au printemps et il ne fait pas chaud. De petites lumières sont posées au fond du bassin. Un garçon passe avec sa trottinette dans le miroir et essaye de faire des figures. J’entends les balles de tennis résonner. Tout à coup les lumières s’allument, il commence à faire nuit.

MONOPRIX

Les gens entrent et sortent du magasin. Un monsieur à la rue demande de l’argent. La bonne odeur du pain chaud me donne faim. Un coureur passe. Le gardien du magasin a l’air énervé, il vient de fouiller une vieille dame qui vient de faire sonner l’alarme. Une bande d’ados de 17 ans collés à leurs téléphones s’échangent des messages. Une dame sort avec un chariot énorme. Des gens s’arrêtent un instant pour regarder dans la vitrine. Un monsieur passe devant moi, je remarque qu’il fume et je me bouche le nez. J’observe les lettres du «monoprix» est je m’ aperçois qu’elles sont plus orange que rouges.

ÉCOLE ARISTIDE BRIAND

La sonnerie de l’école vient de retentir et les élèves cherchent leurs parents. Il y a des enfants qui jouent au ballon devant l’école et d’autres qui prennent un goûter.

Je vois les surveillants qui disent au revoir aux élèves. Un chien aboie. Une voiture rouge se gare, la musique est à fond. Je me rends compte que l’horloge de l’école n’est pas à l’heure. Le kiosque est en train de fermer, le vendeur est fatigué.

THÉÂTRE DES 2 RIVES

Quand je passe devant ce lieu, c’est très calme. D’un coté, il y a le théâtre et, de l’autre, la rue avec toutes ses voitures, ses motos et ses camions. Des gens attendent leur bus impatients. Sur le trottoir des pigeons cherchent à manger. Je remarque que le théâtre est vide. Il y a toute sorte d’affiches pour les prochaines représentations. En continuant mon chemin je vois une mère qui essaie de consoler son enfant qui crie très fort, je pense que même de l’autre coté de la rue ils l’entendent.

S comme fleur de Sakura

Je rentre du sport, j’ai de la chance il ne fait pas encore nuit, je peux admirer le coucher de soleil.  Loin derrière, les usines ne forment plus qu’un ensemble d’ombres, les voitures ont l’air de jouet de là où je les aperçois, comme si tout était inoffensif à cette heure là. Le bruit des moteurs est roi.

Je descends le long de la piste cyclable, la réalité me rattrape quand un vélo passe à coté de moi. Le temps d’un instant, j’entends une sonnette tinter. J’arrive devant la route, j’attends que le temps passe et les voitures avec, pour enfin pouvoir traverser sereine, mais le danger n’est pas écarté tant que je ne suis pas passée de l’autre coté .

J’arrive face à une clôture de magasin, j’observe attentivement les tags qui ne me disent rien, excepté celui en haut qui ressemble à une fleur sûrement faite au pochoir vu la précision du dessin. Je vois au loin : il y a un petit raccourci de pierre qui me sert uniquement quand je suis en retard, car les odeurs qui l’entourent ne sont pas agréables du tout .

Je continue ma marche et j’arrive à un rond-point, il n’y a personne, à croire que cette ville est dénuée de tout habitant. Je remarque que les poteaux sont légèrement penchés comme si c’était des dominos qui allaient s’effondrer un par un au ralenti.

Je tourne ensuite, je suis presque arrivée à destination, mais je m’arrête pour regarder l’arbre aux fleurs de sakura, bien qu’il soit caché par un grand arbre aux feuilles vertes foncées, la lumière contraste avec les couleurs rose de l’arbre, ce qui le rend plus visible. Après m’être attardée, je rentre enfin chez moi .

S comme Slime et Six

J’aime : les souris, le mot six, mon téléphone,  dessiner pendant les cours, ma maman quand elle ne me crie pas dessus, dormir dans mon lit, les endroits propres, l’odeur de l’herbe et du vernis, le barbecue, les pâtes au ketchup (avec de la viande bien sûr).

Je n’aime pas : les cours d’histoire, quand mes cahiers se déchirent, quand mes écouteurs  s’emmêlent, qu’on me crie dessus, le nombre 13, les haricots blancs de la cantine, que la 4G soit lente alors que nous sommes seulement au début de mois,  la substance du slime et des pâtes.

S comme Se promener sur Paris

J’aime :  les pommes, le chocolat, le foot, la nourriture, la musique, la patinoire , les jours fériés, les jeux vidéos, la mer, se promener sur Paris, les musées, les frites, les gens bien, les batailles d’eau,  les sortie scolaire, les fêtes, les voyages,les blagues et les animaux…

en revanche, il y a des choses que

je n’aime pas : le poisson, les légumes, les immeubles, les tags sur les voitures, les menteurs, les gens qui m’énervent, les ordinateurs lents, les pigeons, les examens, les rendez-vous, les sports comme le tennis, les gens qui transpirent, la guerre, les racistes, les vieux…

S comme Soupçon d’amour

J’avais tellement prié, tellement espéré que la guerre le garde pour elle. La jalousie qui me trottait la tête est devenue insupportable. Le lendemain, il m’a proposé un foot, j’ai accepté mais, encore une fois, il m’a prouvé qu’il ne m’a jamais connu, car je n’aime pas le foot, je préfère plutôt le rugby.

Plusieurs mois se sont passés, et j’étais toujours dégouté qu’il soit revenu, puis il a reçu un coup de téléphone qui lui a dit qu’il devait faire ses bagages et repartir à l’armée pour une mission. Alors, une semaine plus tard, il est parti, ma mère déçue, et moi heureux, heureux de retrouver ma place à table, heureux de retrouver ma place au lit à coté de ma mère bien au chaud…

Quelques mois plus tard ma mère a appris que mon père était mort. Elle a pleuré et moi aussi. Je ne savais même pas pourquoi mais peut être qu’au fond de moi, il y a un soupçon d’amour.

S comme le Suicidaire de Meaux

Un suicide a eu lieu à Meaux le 12 décembre dernier. L’homme concerné était marié et père de 4 enfants. Il s’est suicidé en s’accrochant à une corde autour de la nuque. Mais les enquêteurs ne savent nullement pourquoi il a fait ça. Une lettre a été trouvée à son domicile, cette lettre parlait de problèmes d’argent. Sa femme a été interrogée par la police mais elle ne veut rien dire, elle est déprimée et elle commence à devenir folle. Elle a donc été placée dans un hôpital psychiatrique et ses 4 enfants sont hébergés dans une familles d’accueil très sympathique.

Affaire à suivre…

S comme Surprise

Le soir du 26 novembre 2010 fut très important pour moi. Je descendais l’escalier,  quand mon frère Brandon rentra. Il prit tout un paquet de gâteaux et monta dans sa chambre. Il descendit une heure après, il me regarda en souriant. Ensuite il prit un air énervé puis triste et moi je ne comprenais pas. Donc je faisais la même chose que lui. Puis il remonta, il  fit trois fois la même chose à 19h04,19h05 et 19h06. J’étais très gênée et je me demandais pourquoi et à quoi ça servait et encore pourquoi.

Le lendemain, c’était mon anniversaire des 7 ans et tout le monde m’avait souhaité mon anniversaire et beaucoup de cadeaux… sauf une seul personne, Brandon. J’étais vraiment déçue de lui et je ne lui ai plus offert de cadeau ,lui non plus , c’était la  guerre.

Lundi 27 novembre 2017, mon anniversaire est arrivé : tout le monde me l’a souhaité même des personnes dont j’avais oublié l’existence. J’étais très fatiguée et mal habillée et, quand je suis rentrée à 17h, Brandon me dit qu’il avait une surprise pour moi. Moi,  je ne voulais pas trop lui parler… mais je vis la surprise qui était une toile à mon effigie : trois portraits de moi, chacun représentait une émotion différente (tristesse , colère , joie) et, quand Il m’expliqua qu’il avait eu du retard, je lui fis un gros câlin et je me sentis très mal  car il avait fait quelque chose pour moi et moi non. J’ai  donc dû m’excuser et, maintenant, j’y pense toujours .

S comme Sac à soleil

Une brosse à malheur avec un océan de cheveux

Une tour de triomphe avec un arc de Pise

Une salle à puces avec un sac à manger

Un stylo à soupe avec une cuillère à bille

Un carnet de colle avec une heure de correspondance

Une flûte en cuir avec une veste à bec

Un sac à soleil avec des lunettes à dos

Une table de monnaie avec une pièce de chevet

Un professeur de chasse avec un chien de mathématiques

Une tasse de but avec un gardien en porcelaine