Category Archives: M

M comme la Mémoire aux pieds

C’était un jour d’été.

Je portais une paire de piscines et j’avais dans mon sac un vêtement de lunettes.

En allant à la piscine, j’ai croisé une patte de lynx et sur le toit de mon immeuble un œil de lapin.

Le soir même, j’ai goûté une cuisse de mort, il y eut un silence de grenouille.

Quand j’allumai une chaîne de dieu, je vis un enfant de télévision.

Le lendemain, j’avais tout oublié de la tête d’éléphant car j’ai une mémoire aux pieds.

 

M comme Mémoire d’artichaut

un mal de chat avec une langue de chien.

une mémoire d’artichaut avec un coeur d’éléphant.

un mollet de lynx avec un oeil de coq.

une langue de linotte avec une tête de vipère.

un froid de plomb avec un soleil de canard.

la gueule de loup avec une faim de bois.

une queue de bique avec une crotte de pie.

un poulet d’âne avec un bonnet d’un jour.

un caractère de cocagne avec un pays de cochon.

une bille en tire bouchon avec une queue en tête.

M les Maths et moi, ça fait 2

5×5 est égal à 25, me dit-il, mais je ne comprenais pas . Pourtant c’est évident, 5×5 est égal à 25 car si tu fais 5+5+5+5+5 cela fait 25  donc à la place d’écrire 4 fois +5 on écrit x5, ce qui fait directement 25.

Par exemple, 10×10  est égal à 100 . Pourquoi est-il égale à 100 ? parce que si tu fais 10+10+10+10+10+10+10+10+10+10 cela donne 100 mais, comme on veut aller plus vite, on fait 10×10.

Un professeur de mathématiques m’a dit qu’il fallait apprendre les tables de  multiplication avec www.mathématiquefacile.com !Je me suis rendu sur se site le soir même. C’était magique, on t’apprenait tout super facilement et, grâce à ce site, j’ai pu devenir très doué en mathématiques en un rien de temps ! Je conseille à tout le monde d’aller sur ce site, si vous avez du mal en mathématiques !

M comme Mime

Un soir, je suis allée au théâtre avec ma famille pour voir un spectacle  de mime  burlesque. Sur scène, il y avait deux comédiens, un homme et une femme. Ils faisaient des acrobaties, des mimes et ils étaient drôles. Ils ont joué de la musique, parfois avec des instruments étranges comme une échelle. J’ai beaucoup aimé ce spectacle et, à la sortie, on pouvait rencontrer les comédiens. Je suis allée voir le monsieur et je lui ai demandé un autographe. J’ai aperçu une jeune femme qui ressemblait à la comédienne, mais je n’étais pas sûre que c’était elle car elle avait enlevé son maquillage. Donc je ne lui ai pas demandé un autographe. En rentrant chez moi, en réfléchissant, en y repensant, j’ai réalisé que c’était elle. J’étais déçue.  🙁

M comme Mona Lisa

La Joconde ou  simplement Mona Lisa  est un tableau de Leonard de  Vinci réalisé au XVIe siècle. Il représente le portrait de Lisa Gherardini, il fut acheté par François I. C’est une  peinture à l’huile sur panneau de bois de peuplier, elle est exposée au musée du Louvre à Paris. La Joconde est devenue un tableau  célèbre car, depuis sa réalisation, de nombreux artistes l’ont prise comme référence. À l’époque romantique,  les artistes  étaient fascinés par ce tableau, ils ont également contribué à développer le mythe qui l’entoure. Cette représentation est  l’une des plus célèbres au monde. Au XXIe siècle, elle est devenue l’objet d’art le plus visité au monde, avec 20 000 visiteurs quotidiens .

 

M comme Mal à la tête

Aujourd’hui, je me suis réveillée plus tôt que prévu. Je voulais à tout prix réviser mon histoire avant de partir à l’école. J’ai assez mal dormi hier soir à cause de la chaleur étouffante qui régnait dans ma chambre, alors je me sens particulièrement mal.

La journée se finit avec le français. Juste avant,  j’avais math et le bourdonnement dans ma tête  se fait plus léger dès que je franchis les portes de la salle de français : nous sommes en demi-groupe, c’est plus agréable et j’aime bien écrire sur le Boustrophédon .

Mais mon humeur du jour est malgré tout assez mauvaise : j’ai toujours mal à la tête… Je me dis que cette routine ne cessera jamais.

M comme Monsieur Brévin

Elle partit vers quatre heures du matin. Une fois chez elle, Madame Loisel prit la parure et la déposa dans son étui avec grand soin. Le lendemain matin, elle alla chez madame Forestier et lui rendit la parure.

Il ne passait pas un jour sans que madame Loisel ne repense à la soirée du bal. Triste, elle se disait qu’elle ne pourrait jamais passer à nouveau une si belle soirée. Elle repensa à un homme qu’elle avait rencontré ce soir-là, Monsieur Brévin. Elle pensait à lui tous les jours. Il lui avait laissé son adresse. Elle n’osait pas se l’avouer mais au fond d’elle elle espérait le revoir. Finalement, elle se décida à lui envoyer une lettre.

Peu de temps plus tard, il lui répondit qu’il l’aimait , qu’il voulait faire sa vie avec elle, qu’elle vivrait dans le luxe avec lui car il était banquier. Elle était enfin décidée, elle allait partir et quitter son mari.

Le lendemain, elle retint son mari et lui dit : « C’est fini, je pars, j’en ai assez de cette vie, je ne fais jamais rien avec toi, tu ne t’occupes pas de moi et tu me laisses dans la misère. » Il essaya de la retenir mais rien n’y fit, elle était partie à jamais et il était abattu.

Monsieur Brévin avait donné rendez-vous à madame Loisel devant sa banque. Il était fou de joie dès qu’il la vit. Il la ramena chez lui  et ils parlèrent pendant des heures. Quelques temps plus tard, il décida de la présenter à sa famille. Ils l’avaient beaucoup appréciée.  Ils étaient très amoureux l’un de l’autre. Il lui achetait tout ce qu’elle voulait et l’emmenait à toutes sortes de bals.

Cinq ans  plus tard, l’homme décéda d’un problème cardiaque. Elle était abattue et pleurait sans cesse. Cependant, une nouvelle vint l’achever. Sur son testament il avait légué toute sa fortune à sa propre mère. N’ayant plus rien pour vivre, elle fut obligée de travailler pour subvenir à ses besoins pendant le reste de sa vie.

M comme Monsieur Brévin

Elle partit vers quatre heures du matin. Une fois chez elle, Madame Loisel prit la parure et la déposa dans son étui avec grand soin. Le lendemain matin, elle alla chez madame Forestier et lui rendit la parure.

Il ne passait pas un jour sans que madame Loisel ne repense à la soirée du bal. Triste, elle se disait qu’elle ne pourrait jamais passer à nouveau une si belle soirée. Elle repensa à un homme qu’elle avait rencontré ce soir-là, Monsieur Brévin. Elle pensait à lui tous les jours. Il lui avait laissé son adresse. Elle n’osait pas se l’avouer mais au fond d’elle elle espérait le revoir. Finalement, elle se décida à lui envoyer une lettre.

Peu de temps plus tard, il lui répondit qu’il l’aimait , qu’il voulait faire sa vie avec elle, qu’elle vivrait dans le luxe avec lui car il était banquier. Elle était enfin décidée, elle allait partir et quitter son mari.

Le lendemain, elle retint son mari et lui dit : « C’est fini, je pars, j’en ai assez de cette vie, je ne fais jamais rien avec toi, tu ne t’occupes pas de moi et tu me laisses dans la misère. » Il essaya de la retenir mais rien n’y fit, elle était partie à jamais et il était abattu.

Monsieur Brévin avait donné rendez-vous à madame Loisel devant sa banque. Il était fou de joie dès qu’il la vit. Il la ramena chez lui  et ils parlèrent pendant des heures. Quelques temps plus tard, il décida de la présenter à sa famille. Ils l’avaient beaucoup appréciée.  Ils étaient très amoureux l’un de l’autre. Il lui achetait tout ce qu’elle voulait et l’emmenait à toutes sortes de bals.

Cinq ans  plus tard, l’homme décéda d’un problème cardiaque. Elle était abattue et pleurait sans cesse. Cependant, une nouvelle vint l’achever. Sur son testament il avait légué toute sa fortune à sa propre mère. N’ayant plus rien pour vivre, elle fut obligée de travailler pour subvenir à ses besoins pendant le reste de sa vie.