All posts by margot.fastre

F comme Futur antérieur

C’est la fin de l’année, ce qui veut dire les vacances. Mais l’école va me manquer. Mes amies, et même les devoirs. Je vais m’ennuyer pendant ces vacances ; on va faire du camping, puis on ira chez mes grands parents.

Dring ! Ah c’est déjà la fin des vacances. Finalement l’école  ne m’aura pas manqué…

Q comme Qu’attendez vous?

Il est temps de vous bouger

Mettez vos écrans de coté

Arrêtez d’hésiter, croyez en vous

Croyez en vos capacités

Ne laissez pas les autres vous juger

Ne changez pas pour les autres

Profitez de votre famille

Car la famille est un trésor

Tenez  à votre vie, ne la gâchez pas

Tenez  à votre famille, ne l’abandonnez pas

Ne remettez pas tout au lendemain

Faite comme si ce jour était le dernier

Faites en sorte que chaque instant vous rende heureux

Alors ? Qu’attendez vous ?           😉

 

 

 

D comme Danser, Demander et Donner

Celui qui donne à manger aux pigeons
Celui qui prend une photo
Celui qui danse de joie
Celui qui ne danse pas
Celui qui promène son chien
Celui qui ouvre son parapluie alors qu’il ne pleut pas
Celui qui fume
Celui qui se bouche le nez pour ne pas sentir la fumée
Celui qui est sans abri et qui demande de l’argent
Celui qui en donne
Celui qui démarre sa voiture
Celui qui pense voyager
Celui qui ne voyagera jamais
Celui qui marche pour le plaisir
Celui qui rit
Celui qui pleure
Et celui qui entend le bonheur juste avec son cœur

P comme…

Il arrive qu’elle tombe par terre et se renverse quand il y a du vent. Le nom de ma rue y est inscrit. Elle est verte et noire et a aussi deux roues. Elle est presque aussi grande que moi. Elle est fabriquée en matière plastique. Un camion vient chaque soir la vider. Ces cousines sont dans toutes les maisons du monde. Elle est installée dans le coin de ma rue. Je lui donne parfois « à manger ». Elle est importante pour garder la ville propre et pour l’environnement.

 

S comme direction ateliers Pierre Soulages

RUE DE LA MAIRIE

Les oiseaux chantent à tue tête. Plusieurs voitures se suivent et un embouteillage se forme ; je vois alors qu’un camion-poubelle est devant et prend son temps.

Le bitume est rouge, je ne l’avais jamais remarqué. Un chat passe devant moi, je le reconnais : c’est celui de mes voisins. Une voiture se gare. Le vent se lève, les arbres bougent et les feuilles me tombent sur la tête. Un monsieur monte la pente en vélo, il a l’air épuisé. Dans le parc des enfants jouent au foot.

MIROIR D’EAU

Un peu de calme, c’est apaisant, il n’y a personne. De gros pots de fleurs entourent le miroir d’eau, je trouve que c’est laid. Je remarque qu’il n’y a pas d’eau car on est au printemps et il ne fait pas chaud. De petites lumières sont posées au fond du bassin. Un garçon passe avec sa trottinette dans le miroir et essaye de faire des figures. J’entends les balles de tennis résonner. Tout à coup les lumières s’allument, il commence à faire nuit.

MONOPRIX

Les gens entrent et sortent du magasin. Un monsieur à la rue demande de l’argent. La bonne odeur du pain chaud me donne faim. Un coureur passe. Le gardien du magasin a l’air énervé, il vient de fouiller une vieille dame qui vient de faire sonner l’alarme. Une bande d’ados de 17 ans collés à leurs téléphones s’échangent des messages. Une dame sort avec un chariot énorme. Des gens s’arrêtent un instant pour regarder dans la vitrine. Un monsieur passe devant moi, je remarque qu’il fume et je me bouche le nez. J’observe les lettres du «monoprix» est je m’ aperçois qu’elles sont plus orange que rouges.

ÉCOLE ARISTIDE BRIAND

La sonnerie de l’école vient de retentir et les élèves cherchent leurs parents. Il y a des enfants qui jouent au ballon devant l’école et d’autres qui prennent un goûter.

Je vois les surveillants qui disent au revoir aux élèves. Un chien aboie. Une voiture rouge se gare, la musique est à fond. Je me rends compte que l’horloge de l’école n’est pas à l’heure. Le kiosque est en train de fermer, le vendeur est fatigué.

THÉÂTRE DES 2 RIVES

Quand je passe devant ce lieu, c’est très calme. D’un coté, il y a le théâtre et, de l’autre, la rue avec toutes ses voitures, ses motos et ses camions. Des gens attendent leur bus impatients. Sur le trottoir des pigeons cherchent à manger. Je remarque que le théâtre est vide. Il y a toute sorte d’affiches pour les prochaines représentations. En continuant mon chemin je vois une mère qui essaie de consoler son enfant qui crie très fort, je pense que même de l’autre coté de la rue ils l’entendent.

G comme Gare Saint Charles

Les gens attendent leur train en mangeant une pizza, en regardant leur téléphone, en mâchant un chewing-gum.

Un pigeon qui venait d’entrer dans la gare à cause d’un mouvement de foule a voulu sortir en s’envolant et percuté la porte.

Un petit garçon joue aux cartes avec son père.

Une fille avec de grandes boucles d’oreilles rigole avec ses amis.

Un cameraman  de « France 2 » interroge les gens qui vont prendre le train ; j’imagine qu’il va faire un reportage, c’est sûrement à cause de la grève.

Un garçon court très vite pour ne pas rater son train parce que le sifflet a retenti.

Un grand garçon vient de recevoir son lapin de Pâques de la part de sa maman.

Le caténer d’un train se lève.

Régulièrement des personnes se lèvent et d’autre prennent leur place.

La gare Saint Charles est grande et on entend les gens parler de tous les coter.

Il y a des horloges au bout du quai, des panneaux qui indiquent les trains au départ et à l’arrivée.

Lorsque je tourne la tête, je vois Notre Dame de la Garde.

Il y a de moins en moins de monde, la nuit se lève.

C comme Les Choses ont changé

Cela fait trois semaines que Jean mon père est revenu de la guerre. Il n’est plus comme avant, il parle tout seul, dit plein de méchancetés sur notre famille. Marie ma mère commence à ne plus pouvoir supporter ça. Avant, mon père était quelqu’un de posé, qui nous rassurait et nous protégeait et qui me lisait des histoires le soir. Mais maintenant qu’il est revenu de quatre ans de guerre, les choses ont changé. Je pleure en cachette  chaque soir dans mon lit et j’ai du mal à m’endormir. Un soir où ma mère a reçu des places pour aller au théâtre, Jean mon père n’a pas voulu venir avec nous. Ma mère et moi avons passé une bonne soirée et quand nous sommes rentrés chez nous, je suis allé me coucher. Quand ma mère a voulu aller se coucher dans son lit, elle a vu mon père mort, avec un couteau dans le ventre : il s’était suicidé.

T comme Téléphone

Trop de téléphones dans cette métropole.

Et  même dans les cafés tout le monde s’y met.

Les plus petits et les plus grands maintenant tous dedans.

Et mais c’est quand que c’est terminé !

Portable par ci portable par là ,

Haaaaaa, au secours aidez moi !

On dirait qu’on est tous hypnotisés.

Non mais arrêtez !

Eh trop beau ton téléphone !!!!!! 🙂

 

O comme un livre d’Orange

Un tube de chevet avec une table de colle

Un animal de soleil avec des lunettes de cirque

Un sac à repasser avec un fer à dos

Un sapin d’oreilles avec une boucle de Noël

Un trou de couleur avec un crayon de mémoire

Un match de cheval avec une queue de foot

Un livre d’orange avec un jus de poche

Un calendrier du Bengale avec un tigre de l’avent

Un feu de secours avec une trousse de forêt

Un cahier de triomphe avec l’arc de texte