All posts by Isher Pajanichetty

E comme Ephémère

Je sors de chez moi, la musique résonne dans mes oreilles, le bourdonnement des moteurs les chatouille. Les voitures traversent le pont, les fleurs accompagnent cette traversée mouvementée. L’arrêt de bus héberge pour quelques minutes des inconnues éphémères.

Les arbres laissent tomber leurs feuilles. Le vent frais emporte ce vieux paquet de cookies sur la route, je compte quinze arbres avant d’arriver au passage piéton.

J’ai une vue panoramique sur Tony Parker et Schumann, les adolescents fument, consomment, rigolent et parlent. Une masse de lycéens mélangée avance à l’intérieur du bâtiment. J’aperçois le bâtiment de Noor, je la préviens de ma présence et je l’attends.

J’atteins un croisement, j’observe les maisons qui sont très jolies, il y a un parc, qui malheureusement est fermé. Je vois les rails du TGV, et le pont.

J’arrive au collège, je croise le bâtiment de Tiffany, je dois enlever mes écouteurs (c’est horrible), je vois des gens qui marchent, des personnes qui arrangent leur vélo, les surveillantes qui nous hurlent de rentrer et les voitures passent.

C’est fini.

 

M comme Moche

Elle est moche, elle pue, elle est rectangulaire, on y trouve parfois des clochards, on peut trouver un corps mort dedans, la dernière fois j’ai vu une souris s’y balader. On y met nos déchets du passé, nos photos de l’avenir, je peux y perdre ma boucle d’oreille quand je m’approche trop près. Elle n’est pas très belle ma poubelle.

S comme Slime et Six

J’aime : les souris, le mot six, mon téléphone,  dessiner pendant les cours, ma maman quand elle ne me crie pas dessus, dormir dans mon lit, les endroits propres, l’odeur de l’herbe et du vernis, le barbecue, les pâtes au ketchup (avec de la viande bien sûr).

Je n’aime pas : les cours d’histoire, quand mes cahiers se déchirent, quand mes écouteurs  s’emmêlent, qu’on me crie dessus, le nombre 13, les haricots blancs de la cantine, que la 4G soit lente alors que nous sommes seulement au début de mois,  la substance du slime et des pâtes.

S comme Surprise

Le soir du 26 novembre 2010 fut très important pour moi. Je descendais l’escalier,  quand mon frère Brandon rentra. Il prit tout un paquet de gâteaux et monta dans sa chambre. Il descendit une heure après, il me regarda en souriant. Ensuite il prit un air énervé puis triste et moi je ne comprenais pas. Donc je faisais la même chose que lui. Puis il remonta, il  fit trois fois la même chose à 19h04,19h05 et 19h06. J’étais très gênée et je me demandais pourquoi et à quoi ça servait et encore pourquoi.

Le lendemain, c’était mon anniversaire des 7 ans et tout le monde m’avait souhaité mon anniversaire et beaucoup de cadeaux… sauf une seul personne, Brandon. J’étais vraiment déçue de lui et je ne lui ai plus offert de cadeau ,lui non plus , c’était la  guerre.

Lundi 27 novembre 2017, mon anniversaire est arrivé : tout le monde me l’a souhaité même des personnes dont j’avais oublié l’existence. J’étais très fatiguée et mal habillée et, quand je suis rentrée à 17h, Brandon me dit qu’il avait une surprise pour moi. Moi,  je ne voulais pas trop lui parler… mais je vis la surprise qui était une toile à mon effigie : trois portraits de moi, chacun représentait une émotion différente (tristesse , colère , joie) et, quand Il m’expliqua qu’il avait eu du retard, je lui fis un gros câlin et je me sentis très mal  car il avait fait quelque chose pour moi et moi non. J’ai  donc dû m’excuser et, maintenant, j’y pense toujours .