T comme Tony Parker

Mon point de départ est dans une impasse entre deux maisons. Les lampadaires qui ne sont pas allumés et les plots qui sont devant eux. Les voitures qui roulent au fond de l’impasse.

Les gens qui rentrent dans le tabac et ceux qui sont sur la terrasse. La piste cyclable et les voitures qui passent  sur la route. Les arbres qui vont jusqu’au troisième étage. Les voitures garées qui ne bougent jamais et le visage triste des gens qui passent.

Le pont sur lequel je suis et les gens qui sont avec moi. Les barrières qui sont devant moi pour nous protéger des voitures folles. Toujours les arbres désunis de leurs feuilles qui sont partis. De grands immeubles avec plein de fenêtres et peut-être de petites terrasses. La pluie qui met les gens de mauvaise humeur et leur tête signe de peur.

C’est une route où il y a une voiture mais il y a une autre route qui est de l’autre coté, des arbres qui ne sont toujours pas fleuris. Par contre au pied de ces arbres, il y a de petite fleurs. On dirait que les barrières viennent d’être installées vu que là ou c ‘est fixé, ç’a n’a pas été peint. Au bout il y a un rond-point.

Les voitures qui sont garées au delà de la ligne et les gens qui passent sans même les regarder. Le grand gymnase qui s’appelle Tony Parker est là où je vais aller. Voila où s’arrête mon chemin, je vais au sport et à demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *