M comme M&M’s

C’est une machine qui distribue de bonnes choses… parfois inattendues.

Une fois, il m’est arrivé  une petite anecdote avec cet objet. On était à Aquaboulevard avec ma mère et ma sœur. On a voulu prendre des M&M’s dans la machine. Evidemment, on voulait  en prendre deux. Le premier est bien passé et puis le deuxième est resté bloqué ! Alors on essaye de  bousculer la machine mais le paquet ne descend pas. Mais moi je voulais mon paquet de M&M’s, ma mère a remis une pièce. Et deux paquets  sont tombés !

On était content avec ma sœur car on avait trois paquets pour deux.

 

C comme Chaque matin

Chaque matin, quand je pars au collège, j’aperçois beaucoup de personnes :
ceux qui partent au travail avec ou sans vélo
ceux qui promènent leur chien
ceux qui vont chercher leur pain tout chaud à la boulangerie du coin
ceux qui vont courir dans le bois
ceux qui grillent le feu rouge
ceux qui vont au marché pour prendre leurs fruits et légumes
ceux qui courent car ils sont en retard
ceux qui marchent en écoutent leurs musiques
celles qui sont perdues dans la rue
ceux qui sont fatigués
celles qui sont pensives assises sur un banc
ceux qui mangent leurs pains au chocolat
ceux qui ouvrent leurs boîtes aux lettres
ceux qui me demandent où est le métro
et puis ceux qui sont comme moi qui attendent leurs amis pour partir à l’école.

F comme Froid dans le dos

Il est fait d’un plateau de pierre semblable au marbre, il a l’air fier avec ses accoudoirs en fer.
Il peut faire froid dans le dos.
Il peut t’aider à attendre un rendez vous si tu es fatigué.
Certains y écoutent leur musique, comme moi.
Je regarde le ciel sous la pluie, ses frères jumeaux sont vides, je dois être la seule à être assise sur ses genoux de pierre.
Il a l’air d’un simple banc mais, après tout, moi, je l’aime bien, ce banc devant Monoprix.

E comme Emportée

Souvent le silence pèse sur cette aire de jeux.  Vieux, son vert abîmé me fait réfléchir, souvent assise, toujours adossée, plus du genre pensive. Il me soutient au sens propre, parfois au figuré. Sous ses airs maussades, il me donne la force de tout remettre en question. Les enfants qui jouent devant l’école sont comme des papillons qui s’évadent peu à peu de l’emprise de leurs parents, comme si le vent les emportait. Je les regarde jusqu’à ce que le soleil me fasse signe de m’en aller.

C comme Ceux qui

Ceux qui s’assoient sur un banc

Ceux qui vont à la boulangerie

Ceux qui travaillent tous les jours

Ceux qui sortent jouer

Ceux qui jouent à la pétanque

Ceux qui achètent des boissons

Ceux qui vendent des boissons

Ceux qui construisent des murs

Ceux qui abîment les murs

Ceux qui coupent les herbes

Ceux qui les font pousser

Ceux qui mangent des glaces

Ceux qui entretiennent la ville

Ceux qui abîment la ville

Ceux qui vont à l’école

Ceux qui jouent aux foot avec leurs amis

Ceux qui prennent le café

Ceux qui font du vélo

Ceux qui se baladent le matin

Ceux qui prennent le métro

 

Avec Matys

 

T comme Toi

Une étrange nuit dans la rue, où tout le monde a peut-être trouvé son âme sœur assise à l’arrêt de bus

Celui qu’elle a vu et qui l’a regardé 

Celui qui est charmé 

Celui qui est pensif

Celui qui est nerveux

Celui qui est déstabilisé 

Celui qui n’ose pas

Celui qui n’a pas le courage d’oser

Celui qui a soutenu le regard

Celui qui est parti

Celui qui regrettera

Celui qui est toi

B comme Boîte

Cette boîte qu’on peut trouver à l’intérieur ou au dehors d’un immeuble, ou d’une maison.
Cette boîte, il faut une clé pour l’ouvrir.
Cette boîte dans laquelle nous recevons des papiers ou des pubs.
Cette boîte que chaque matin je suis impatiente d’ouvrir.
Chaque matin, j’attends le facteur en espérant qu’il me donne cette lettre.
Cette lettre de ma meilleure amie que j’attends depuis des mois.
Et je commence à me dire que cette lettre n’arrivera jamais.
Alors je pense que vous l’avez deviné : cette boîte, c’est ma boîte aux lettres

F comme Feu de signalisation

Devant lui, les parents apprennent à leurs enfants à traverser.

Grâce à lui, des millions d’accidents sont évités.

A cause de lui, on arrive en retard au boulot.

Il est grand, imposant, il est à chaque coin de rue, tout le monde s’arrête devant lui, chaque citoyen est à ses ordres.

Il peut être rouge, orange, ou même vert, il faut le regarder attentivement, c’est grâce à lui que les personnes à pieds peuvent traverser.

Il peut être sur terre ou en l’air, on le préfère vert, on est impatient quand il est rouge.

I comme mes Idées

Mais voilà que je me retrouve à court d’idées

Ou même de toutes mes pensées

Et mon imagination qui occupait mes soirées

Donc se retrouve sans objet

Or je ne sais pas comment les faire revenir

Ni le français ni les maths ne me sont d’aucune aide

Car les conjonctions de coordination me les ont volées à tout jamais

 

L comme Ljubljana

Résultat de recherche d'images pour "graffiti orange et bleu panier de basket"Une écriture colorée le long d’un mur sobre
sans couleur, sans vie, sans émotions.
Du bleu, de l’orange, des arrondis, des lettres en relief.
L’écriture se met à palpiter comme un battement de coeur,
d’une couleur puis de deux.
Comme si cette écriture ressentait quelque chose de fort.
Cette écriture, que dit-elle ?
Aucune idée…
Ce tag est dans un joli pays ! La Slovénie. A Ljubljana,
dans un terrain vague, sous un panier de basket bleu et blanc.
Personne ne joue sur ce terrain.

C’est dommage .