E comme Ecole

Des voitures,

De grands immeubles,

L’école la Cerisaie,

La Tour Eiffel,

La Foire du Trône,

La tour Montparnasse,

Un parc avec des petits,

Des routes,

Des nuages gris,

Des arbres,

Des cheminées,

Des personnes,

Des branches,

Des lampadaires,

Un balcon avec des fleurs rouges et enfin des adultes sur un banc.

 

 

 

C comme Courses

(…)

Je marche dans l’allée, passant devant les fenêtres voisines au rez de chaussée. Les voisins sont fascinants à faire diverses corvées et occupations de la vie de tout les jours, ou le cabinet d’orthophonie du bâtiment A avec en face le bâtiment C. Dans la cour de chez moi, il y a un grand arbre que j’apprécie car, avec le temps, en cette période, on peut voir les fleurs de cerisier pousser.

(…)

Je m’apprête à traverser mais je m’arrête pour observer la rue avec les passants. Il y a pleins de collégiens et de lycéens qui rentrent chez eux ou bien s’arrêtent à un super marché ou bien s’achètent un goûter à la boulangerie d’à coté. Ce qui est très intéressant c’est de voir plusieurs types de passants, comme un grand monsieur avec son chien ou bien les coureurs seuls ou accompagnés et il y a moi une jeune fille observant la rue avec ses écouteurs.

(…)

Je suis sur un pont, il vibresous l’effet du train qui vient de passer. Là vous pouvez voir les rails et aucun train en vue. Mais ce qui est beau, c’est de voir à quel point l’horizon n’a pas de limite. Cet endroit me rappelle pleins de choses car je peux apercevoir mon ancien immeuble, entre autres, mon premier toit. Je me souviens du son du va et viens des trains ou bien des lumières des voitures qui passent à des heures différentes mais toujours avec le même son.

(…)

Une rue avec peu de choses dedans mais plein de choses à raconter :  le garage du super marché avec des camions qui transportent de la marchandise ; un opticien car pour je ne sais qu’elle raison il y a pleins d’opticiens dans Charenton ; un petit restaurant tenu par la mère de l’amie de ma soeur qui est toujours très sympathique avec moi quand je viens m’acheter mon déjeuner ici.

(…)

Je suis arrivée à ma destination : des bancs, l’église et le manège de mon enfance qui n’a absolument pas bougé depuis que je suis une petite fille. Petite je me souviens, j’étais toujours très capricieuse et boudeuse avec ma mère car je réclamais toujours un tour de manège quand on passait devant, ce qui embêtait beaucoup ma mère. Ma destination n’est pas très palpitante car je suis juste venue pour faire les courses mais cela m’a fait beaucoup de bien car j’ai pu me remémorer pleins de souvenirs et observer. Je pense que à l’avenir je vais observer d.avantage car cela m’a fait beaucoup de bien…

Anniversaire surprise !

Jeudi midi, M.Bellahcene a fêté son anniversaire. Tout le monde a eu une part de gâteau au chocolat : il était délicieux ! Toute la cantine a chanté mais il n’y avait pas que son anniversaire, il y avait deux autres personnes, des élèves.

Mais dimanche soir à la boum, M.Kalifa nous a expliqué que ce n’était pas réellement son anniversaire, Mme Place, en rigolant, a changé la date afin qu’elle tombe pendant le séjour !

M.Bellahcène se fiche de moi depuis qu’il n’a pas pu me souhaiter mon anniversaire car je ne lui avais pas dit!

De ce fait, il me dit  »bon anniversaire » tous les jours, et si je suis avec M.Poirier l’an prochain, il viendra avec  toute sa classe pour me le souhaiter.

 

Vol plané

Ce matin, M. Bellahcene était venu skier avec mon groupe, nous avions pris du retard sur le groupe en haut de la piste à cause de nos « gamineries ». Il fallait donc les rattraper en descendant tout shuss. A la  moitié de la piste j’avais repéré un petit hors piste avec un tremplin, je l’avais déjà fait de nombreuses fois mais jamais avec autant de vitesse, je n’y avais malheureusement pas pensé… J’ai pris le hors piste, le tremplin et je me suis envolé si haut… Je suis monté jusqu’à au moins deux voire trois mètres selon M. Bellahcene ! Malheureusement j’ai loupé ma réception et la vidéo de la gopro a loupé aussi le moment important.

S comme Slime et Six

J’aime : les souris, le mot six, mon téléphone,  dessiner pendant les cours, ma maman quand elle ne me crie pas dessus, dormir dans mon lit, les endroits propres, l’odeur de l’herbe et du vernis, le barbecue, les pâtes au ketchup (avec de la viande bien sûr).

Je n’aime pas : les cours d’histoire, quand mes cahiers se déchirent, quand mes écouteurs  s’emmêlent, qu’on me crie dessus, le nombre 13, les haricots blancs de la cantine, que la 4G soit lente alors que nous sommes seulement au début de mois,  la substance du slime et des pâtes.

G comme Grillage

le bruit des bateaux qui circulent sur la Seine

Le soleil qui illuminent ma fenêtre

Le voisin d’en face qui s’allume une cigarette

Les oiseaux  sur les fleurs

Le bruit des motos l’autoroute

Le canapé abandonné sur le trottoir

Les passants se promenant au soleil

La vieille  dame du coin qui s’achète une baguette

La fumée de l’usine d’à côté

Le panneau de la ville d’en face qui nous sourit

Le gris de la route qui se détériore

Les voitures stationnées qui se reposent

Le bruit du chantier d’en face

Les pétales de fleurs sur le trottoir

Le pont qui survole la Seine

Le grillage qui enferme les plantes

Les plantes qui tentent de sortir du grillage

Les bandes blanches qui suivent le trottoir

La course des nuages dans le ciel

 

 

Le Montalbert

Premier jour de ski : avant de changer de groupe, j’étais chez les débutants 3 avec Raquel, Chayma, Ismaïl et Lenny. Ensuite, je suis partie avec les débutants 1, il y avait Alicia, Khawla, Maya, Sara, Louna et d’autres personnes. Notre moniteur s’appelait Robin, il était gentil parfois mais souvent énervé.

Ce premier jour a été l’un des pires jours de ma vie, il y a eu plus de chutes que de réussites. Avec Goshen, nous étions les pires du groupe. Robin nous a appris le chasse-neige qui est un pas plutôt simple, qui consiste à écarter les talons du ski et à resserrer les pointes. Puis nous avons descendu une piste verte qui était la plus facile mais pour moi la plus dure. Ensuite on a pris le tapis pour remonter la piste : c’était facile !

C’était la première fois que je montais sur des skis. C’était pas mal pour une première fois !

 

Bâton

On ne prêtait pas des bâtons de ski à tout le monde. Ils étaient réservés aux meilleurs d’entre nous et encore tout le monde n’arrivait pas à très bien s’en servir. Les bâtons tombaient du télésiège ou même pendant la descente. Ceux qui n’avaient jamais fait de ski ou très peu n’avaient pas de bâtons. Ils ne se débrouillaient pas mal pour autant. Mais ceux qui avaient des bâtons allaient deux fois plus vite et se débrouillaient deux fois mieux que ceux qui n’en avaient pas. Et pourtant c’est difficile de savoir où placer son bâton et quand tourner avec.

Tout le monde s’en est bien sorti, avec ou sans bâtons.

Résultat de recherche d'images pour "ski"

Lourde et poudreuse

Aujourd’hui, la neige est lourde, il a même neigé pendant la nuit. Les pistes sont devenues très très poudreuses. Ce jour-là, nous  prenons  les télécabines,  après arrive le moment où nous devons monter. C’est le matin et la neige colle énormément. Donc, après avoir fait une descente en ligne droite, je tombe et je déchausse : on prend énormément de temps à me faire rechausser. Je me demande même si je vais y arriver. Je dois me mettre sur du plat pour rechausser, personne n’arrive à contrôler ses  skis. Même si le moniteur fait la trace devant nous, on tombe quand même !

Quelle journée !

Snow Park

C’était l’après midi, nous avions passé les épreuves et notre prof nous a emmenés au Snow Park. J’étais le dernier, je me suis lancé, j’ai passé trois bosses, mais à la dernière j’ai décollé à plus d’un mètre de haut ! J’ai atterri sans chute .