Critique et naïve

Contrairement à ce que vous pourriez croire, mon double, elle, n’est pas en tous points semblable à moi.

Elle est, dans l’ensemble, beaucoup moins bien que moi.

Moi, par exemple, je n’écoute aucun jugement, ne prête aucune attention aux regards des autres : j’ai confiance en moi. Elle n’est juste qu’un double susceptible. Chaque petite remarque, chaque opinion contre sa personne la fait pleurer. Je suis une personne forte, gracieuse et fière de ce que je suis. Elle, est une personne qui n’assume pas sa personnalité : elle a honte d’elle même.

Elle croit à beaucoup de choses, elle est naïve. Quant à moi, j’ai l’esprit critique, je ne crois pas à tout ce que l’on me raconte.

Pourtant, aussi surprenant que cela puisse paraitre, nous avons le même corps, mais pas le même âge. J’ai -comment dire ?- une vingtaine d’années – je suis mûre et indulgente. Elle a peut être dix ans, onze ans ? Elle a une mentalité de bébé.

Mais je lui dis ce qu’elle est, elle le croit et elle se vexe. Et moi, je l’ignore.

T comme Tueur

Il était un soir de Noël, je me baladais avec ma femme dans les rues  de Paris et, par surprise, je sentis un coup qui m’assomma ! et je tombai dans les pommes. À mon réveil, je vis ma femme morte à côté de moi, une balle dans le cœur, mais moi je me souvenais plus de rien, j’appelai immédiatement les forces de l’ordre, ils commencèrent à mener une enquête et je leur dis tous les souvenirs qui me restaient de cette soirée, ce qui ne les aida point.

Cinq ans plus tard, je marchais tranquillement quand soudain je rencontrai un visage ne m’états pas inconnu, je n’y prêtai d’abord pas une grande attention et je retournai sur ma route en direction de chez moi. Ce visage me trotta dans la tête matin midi soir pendant une semaine, j’en n’en dormais pas la nuit.

Je me réveillai un matin, après avoir mangé mon petit déjeuner. Tous les souvenirs de la soirée resurgirent dans ma tête et la personne que j’avais croisée et que je n’avais pas oubliée était le fameux tueur de ma femme !

S comme Surprise

Le soir du 26 novembre 2010 fut très important pour moi. Je descendais l’escalier,  quand mon frère Brandon rentra. Il prit tout un paquet de gâteaux et monta dans sa chambre. Il descendit une heure après, il me regarda en souriant. Ensuite il prit un air énervé puis triste et moi je ne comprenais pas. Donc je faisais la même chose que lui. Puis il remonta, il  fit trois fois la même chose à 19h04,19h05 et 19h06. J’étais très gênée et je me demandais pourquoi et à quoi ça servait et encore pourquoi.

Le lendemain, c’était mon anniversaire des 7 ans et tout le monde m’avait souhaité mon anniversaire et beaucoup de cadeaux… sauf une seul personne, Brandon. J’étais vraiment déçue de lui et je ne lui ai plus offert de cadeau ,lui non plus , c’était la  guerre.

Lundi 27 novembre 2017, mon anniversaire est arrivé : tout le monde me l’a souhaité même des personnes dont j’avais oublié l’existence. J’étais très fatiguée et mal habillée et, quand je suis rentrée à 17h, Brandon me dit qu’il avait une surprise pour moi. Moi,  je ne voulais pas trop lui parler… mais je vis la surprise qui était une toile à mon effigie : trois portraits de moi, chacun représentait une émotion différente (tristesse , colère , joie) et, quand Il m’expliqua qu’il avait eu du retard, je lui fis un gros câlin et je me sentis très mal  car il avait fait quelque chose pour moi et moi non. J’ai  donc dû m’excuser et, maintenant, j’y pense toujours .

P comme Professeur de vingt centimètres

Une actrice à craie  et un tableau de cinéma.

Une boucle d’aventure et un roman d’oreilles.

Des lunettes d’ecole et une trousse de vue.

Un sapin de chocolat et une boîte de Noël.

Un chagrin de pourpre et une robe d’amour.

Une manteau de papier et une feuille de fourrure.

L’espoir de chaussure et une semelle de vivre.

Le roi de notes et un carnet d’Espagne.

Une petite fille à petit carreaux et un cahier très jolie.

Des cheveux plats et un écrans gris.

Des vitres en carton et une pochette scintillantes.

Un manuel en cuir et un sac d’histoire.

Des baskets en laine et un pull à lacets.

Un manteau en fer et une barre de couturier.

Une règle très strict et une professeur de vingt centimètres.

 

S comme Sac à soleil

Une brosse à malheur avec un océan de cheveux

Une tour de triomphe avec un arc de Pise

Une salle à puces avec un sac à manger

Un stylo à soupe avec une cuillère à bille

Un carnet de colle avec une heure de correspondance

Une flûte en cuir avec une veste à bec

Un sac à soleil avec des lunettes à dos

Une table de monnaie avec une pièce de chevet

Un professeur de chasse avec un chien de mathématiques

Une tasse de but avec un gardien en porcelaine

J comme Jamais

Un soir d’hiver, je marchais vers la gare  avec ma sœur pour passer une dernière heure avec elle avant qu’elle prenne son train, je pouvais percevoir sa voix sans pour autant entendre ce qu’elle disait. Je sentais sa main froide à travers mes gants. J’étais angoissé, perdu, je ne savais pas comment lui avouer que j’allais quitter le pays. La veille, on m’avait annoncé que j’avais été muté au Japon  et ça me préoccupait.  Quelqu’un criait mais je n’écoutai pas , je crois que cette personne pleurait. Soudain, je  sentis un élan de froid traverser ma main et c’est seulement quand je fus bousculé que je me rendis compte que le train venait de passer et que m’a sœur s’en était allée, elle avait tenté de me prévenir, elle avait pleuré, crié , mais en vain  alors elle avait arraché mon gant et c’est seulement après que les porte du train se furent fermées et que les gens pressés m’eurent bousculé que je me rendis compte qu’elle était partie et qu’on ne se reverrait sûrement jamais .

F comme Fenêtre fermée

J’étais en vacances chez mon grand-père, à la campagne près d’Angers. Sa maison est équipée d’un système de domotique. Nous passions de bonnes journées en sa compagnie mais, un soir, à une heure tardive, l’alarme se déclencha, c’était les fenêtres du salon qui étaient ouvertes mais, quand nous descendîmes, les fenêtres étaient fermées. Alors nos grands-parents firent venir l’équipe technique pour qu’ils vérifient si le système n’avait pas de problème et c’était le cas. Alors cela recommença les jours suivants et l’équipe technique revenait tous les jours jusqu’à ce qu’un beau matin mon grand-père et moi nous nous rendîmes compte que c’était le vent qui avait déréglé l’alarme.

T comme Tache

C’était pendant les vacances, j’étais en Corée du Sud avec ma mère et, ce jour-là, nous avions décidé de nous balader dans Séoul, la capitale. Le matin, nous nous sommes baladés dans un palais et aux alentours de 13 heures, nous avons pris notre déjeuner dans une rue où se trouvaient plein de restaurants.

En sortant du restaurant, un homme me bouscula et je me cognai le dos contre un mur dont la peinture était encore fraîche. Tout de suite, je montrai mon dos à ma mère en lui demandant si mon pull était taché. Ma mère pouffa en me disant qu’il y en avait partout sur mes vêtements. Je savais que ma mère était une grande blagueuse et donc je pensai que j’avais seulement une petite tache et que je nettoierais cela en rentrant à la maison le soir-même.

L’après-midi, nous nous sommes retrouvés au Lotte World Mall, un des plus grands centres commerciaux du pays et je sentis plein de regards se poser sur moi. Rapidement, je n’y prêtai plus attention car je pensais que les gens étaient intrigués de voir un métis avec des cheveux frisés, pensée pas très intelligente je l’avoue.
Je continuais de me balader avec ma mère quand un couple de touriste passa et explosa de rire en arrivant à notre hauteur. Je ne m’en rendis même pas compte tellement j’étais concentré sur le restaurant de gaufres en face de moi.

Le soir, après être rentré, fatigué d’avoir autant marché la même journée, je me suis douché et, en sortant de la douche, détendu, je ramassai mes vêtements en boule au sol pour les mettre à laver. En découvrant l’état de mon jean et de mon pull, je me mis à rire bêtement, mon pull qui devait être blanc, étais gris et de la peinture noire avait coulé tout le long de mon dos jusqu’à mon jean. Alors, toujours avec un sourire niais aux lèvres, je repensais à tous ces gens que j’avais croisés dans ma journée.

C comme Clown dans la mais…

J’étais assis tranquillement sur mon canapé en train de regarder la télé quand soudain je reçois un appel.
– Oui, allo, bonjour, j’ai vu votre annonce de babysiting.
– Oui. Quels sont vos horaires ?
– Pouvez-vous venir à 21h30 ce soir ?
– Oui, à ce soir.
J’arrivai devant la porte, un couple m’ouvrit en me disant :
– Bonsoir, c’est vous le babysitter ?
– Oui, où est l’enfant ?
– En fait, c’est un bébé, il a 1 an.
– Ok.
– Voici les instructions : où sont ses vêtements, à quelle heure il doit prendre son bain. Bon, on va vous laisser pour faire connaissance, JE T’AIME mon bébé d’amour et bonne soirée monsieur.

Le couple parti, je regardais la télé quand soudain le bébé se mit à pleurer. Je montai le réconforter, je lui changeai sa couche, je redescendis aussitôt. Deux minutes plus tard, le bébé se remit à pleurer, je remontai et je remarquai une poupée de clown taille adulte. J’eus des frissons car j’avais l’impression que la poupée était en train de m’observer. J’appelle  le couple.
– Oui allo, bonsoir, c’est Jean le babysitter : je peux changer la poupée de clown de place ?
– Non, surtout, ne touchez à rien, à aucune poupée. Bonne soirée, je vous laisse. 
J’étais vraiment mal à l’aise, je regardais les infos et je reçus un appel du couple qui me disait.
– Jean, prenez le bébé et partez de la maison!!
– Non, c’est bon ne vous inquietez pas. 
Je raccrochai et soudain je me souvins que  j’avais  vu aux infos qu’un tueur en série se cachait dans une poupée  de clown, je courus vers la porte, elle était fermée, j’avais  le bébé  dans les bras, je décidai d’appeler le couple.
– oui, allo, il y a un tueur dans la mais… BIP BIP.

R comme Rouge à glace

Un sapin de bois avec une épée de Noël.

Un bouquet de pierre avec un cœur de roses.

Un cahier de fiançailles avec une bague de brouillon.

Un tableau d’amour avec une lettre de liège.

Une faim d’ange avec un sourire de loup.

Un rouge à glace avec des patins à lèvres.

Un ticket de cheminée avec un feu de métro.

Des lentilles de mariée avec une robe de contact.

Une peau de Lynx avec un œil de banane.

Une machine à bille avec un stylo à laver.

Avec Ritej