V comme de Vraies amies

Elle dansa toute la nuit. Elle partit vers cinq heures du matin. Son mari, lui, était déjà parti se coucher. Le lendemain, Mathilde alla chez Mme Forestier. Elle la remercia et lui donna la parure mais tout à coup Mathilde dit : -Tu es sûre que je ne peux pas la garder encore un peu ?
-Mais si, bien sûr. Mais j’en aurai besoin dans deux semaines.
Mathilde la remercia infiniment puis partit. Elle en profita pour la mettre tous les jours.
Or, un samedi soir, Mathilde se rendit chez son amie Mme Forestier. Mme Forestier lui demanda : -Veux tu rester diner ?
-Oui, pourquoi pas ?
Mme Forestier lui raconta tout le plaisir qu’elle avait eu à porter son collier pour les dix ans de mariage de sa cousine. Puis Mathilde partit, lui remettant la boîte de la parure… que Mme Forestier n’ouvrit pas.

Quelques semaines plus tard, Mathilde avait vendu la parure, qu’elle avait volée à Mme Forestier pour une somme de cinquante mille francs ; et elle avait enfin la vie qu’elle voulait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *